Le maire LR de Saint-Etienne estime que les propos de Laurent Wauquiez "ouvrent la voie aux tenants de la théorie du grand remplacement culturel"

Publié à 17h00, le 30 octobre 2017 , Modifié à 17h39, le 30 octobre 2017

Le maire LR de Saint-Etienne estime que les propos de Laurent Wauquiez "ouvrent la voie aux tenants de la théorie du grand remplacement culturel"
Image Sylvain Chazot


Si Laurent Wauquiez a voulu choquer son monde, dimanche, en parlant du communautarisme qui, selon lui, minerait certaines villes de sa région, c'est une réussite. Le candidat à la présidence de Les Républicains assume con côté "identitaire". Mieux, il le revendique. Quitte à prendre quelques libertés avec la réalité, comme lorsqu'il affirme, sans frémir, que "dans la plupart de nos abattoirs aujourd'hui, on abat avec la technique hallal", ce qui est faux.

Invité du Grand Jury RTL / Le Figaro / LCI dimanche 29 octobre, l'ancien député de Haute-Loire a donc parlé d'identité. "La réalité, c’est que vous avez, aujourd’hui, en France des quartiers qui sont les quartiers perdus de la France. Sortez du plateau de RTL, venez avec moi. Je vous emmène à Saint-Étienne, on ira à Firminy. Et vous verrez rapidement que la réalité va vous sauter au visage", a-t-il dit. 

Voilà qui n'est guère sympathique pour les deux communes ligériennes suscitées. Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Etienne, s'est dit "profondément choqué" © par les propos de Laurent Wauquiez. Sur Facebook, le premier édile s'est insurgé. "En tant que maire de Saint-Etienne et Président de Saint-Etienne Métropole, je ne peux pas accepter cette assimilation hâtive, reposant sur une théorie identitaire, subitement élevée au rang de réalité révélée, qui en fait le seul facteur explicatif des difficultés de certains quartiers de nos villes", écrit-il avant de s'en prendre directement à Laurent Wauquiez, qu'il soutient pourtant pour la présidence de LR :



J'invite donc le Président de la région Auvergne/Rhône-Alpes à se ressaisir car ses propos sont inadmissibles par la stigmatisation des habitants de certains quartiers et parce qu'ils ouvrent la voie aux tenants de la théorie du grand remplacement culturel, tels Renaud Camus. Ces théories constituent le véritable socle idéologique de l'extrême-droite et de ses alliés comme Nicolas Dupont-Aignan. Est-ce là le projet de société que défend Laurent Wauquiez et qu'il souhaite voir porté par notre famille politique d'ici à 2022 ?

Et hop, une nouvelle accusation en extrémisme à destination de Laurent Wauquiez. "Les propos de Laurent Wauquiez meurtrissent profondément l'âme des Stéphanois qui sont engagés, tous les jours, dans un combat pour restaurer l'attractivité de notre ville et de sa métropole pour créer une nouvelle dynamique économique, sociale et culturelle", conclut Gaël Perdriau.

Mais il n'est pas le seul à s'insurger contre les mots de Laurent Wauquiez. D'autres élus du coin ont fait remarquer au président qu'il devrait sans aucun doute se calmer niveau caricature.

"Je trouve ça choquant, et surtout je suis outré qu'on utilise l'exemple de nos villes pour finalement les dénigrer, alors que la situation qui prévaut n'est absolument pas celle que développe monsieur Wauquiez pour ses opérations politiques personnelles, commente ainsi l'ancien maire de Saint-Etienne Maurice Vincent, sur France Bleu. […] Moi j'estime qu'il a porté atteinte à l'image de Saint-Étienne et de sa région sur une antenne nationale et c'est scandaleux."

Dans un communiqué publié dimanche soir, celui qui fut sénateur LREM de la Loire jusqu'au 1er octobre dernier avait été encore plus virulent :



Je ne me résoudrai jamais, pour ce qui me concerne, à voir notre ville et notre territoire caricaturés à ce point par quelqu'un qui ne les connaît pas, les méprise et les abaisse sans cesse pour alimenter sa stratégie politique aussi évidente que dangereuse.

Ce lundi, c'est au tour du député PS Régis Juanico de s'en prendre ouvertement à Laurent Wauquiez. Sur Twitter, il écrit :

Propos ridicules de Wauquiez, mal placé pour évoquer la réalité des villes comme Saint-Etienne ou Firminy : il n'y met jamais les pieds !

Ce qui est sans doute exagéré. Si Laurent Wauquiez ne semble pas aller souvent à Saint-Etienne ou à Firminy, il y passe à chaque fois qu'il se rend de Lyon, siège du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes qu'il préside, au Puy-en-Velay, la ville dont il fut le maire jusqu'en 2016.



#

Du rab sur le Lab

PlusPlus