Marie-Noëlle Lienemann (PS) veut redéfinir la barrière entre séduction et harcèlement

Publié à 11h28, le 30 octobre 2017 , Modifié à 11h28, le 30 octobre 2017

Marie-Noëlle Lienemann (PS) veut redéfinir la barrière entre séduction et harcèlement
La sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann. © AFP
Image Amandine Réaux


La parole des femmes s’est libérée avec le hashtag #BalanceTonPorc. Une initiative relayée sur les réseaux sociaux par des milliers de femmes, âgées pour beaucoup de 20 à 40 ans. Les accusations de harcèlement, agression sexuelle et viol concernent, elles, des hommes de tous âges. Parfois, de ces différences d’âges découlent des différences de perception selon les générations. C’est pourquoi il faut, selon la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann, redéfinir la barrière entre séduction et harcèlement.

Sur RFI ce lundi 30 octobre, la sénatrice socialiste dit sa volonté d’"armer les femmes à réagir" :



- Marie-Noëlle Lienemann : Il faut être beaucoup plus clair sur l’idée que la séduction est d’abord fondée sur la conviction et jamais fondée sur [le fait d’]imposer quoi que ce soit.

- Journaliste : Est-ce que, selon l’âge, on ne place pas le curseur du harcèlement au même endroit ?

- Marie-Noëlle Lienemann : Il me semble que oui. Il semble que les femmes, même celles qui disent avoir subi du harcèlement, ne mettent pas tout à fait la barrière au même endroit. C’est pour ça qu’il est très important de redéfinir un peu culturellement le cadre des rapports de séduction et d’armer les filles et les femmes à agir tôt, vite et se sentir fortes et soutenues par la société.


En effet, certaines *différences* de perception sont mises en lumières par des hommes livrant leur version des faits. Ainsi Michel Sapin évoquant une "maladresse" après sa main au bas du dos d’une journaliste

Cette figure de l’aile gauche du PS pointe ainsi ce problème de "curseur" mis au mauvais endroit. Même si, au regard de la loi, il n’existe rappelons-le pas de curseur, la séduction étant consentie et le harcèlement imposé, comme le rappelle le site du gouvernement service-public.fr :

Le harcèlement sexuel se caractérise par le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui :

- portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant,

- ou créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.

Est assimilée au harcèlement sexuel toute forme de pression grave (même non répétée) dans le but réel ou apparent d'obtenir un acte sexuel, au profit de l'auteur des faits ou d'un tiers.


#

Du rab sur le Lab

PlusPlus