Le ministre Gérald Darmanin compare son ancien parti LR à "l’ancien monde" : "On dirait ma grand-mère qui parle en ancien franc"

Publié à 15h57, le 30 mai 2017 , Modifié à 16h01, le 30 mai 2017

Le ministre Gérald Darmanin compare son ancien parti LR à "l’ancien monde" : "On dirait ma grand-mère qui parle en ancien franc"
Le nouveau ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


Le nouveau ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin assume totalement son engagement aux côtés du président de la République, Emmanuel Macron. Et quand il entend des dirigeants LR qualifier de "trahison" son entrée au gouvernement, le maire de Tourcoing les renvoie à "l’ancien monde", mardi 30 mai dans les colonnes du Figaro.

En déplacement dans sa région des Hauts-de-France à la rencontre des personnels des services de son ministère, Gérald Darmanin en a profité pour faire une mise au point avec ses anciens *amis* de LR. Et l’ancien protégé de Xavier Bertrand n’hésite pas à sortir de belles métaphores :

C’est comme la loi de la relativité, on est passé de Newton à Einstein, mais les Républicains ne l’ont pas compris.

Vous avez aimé la comparaison avec la loi de la relativité, vous allez adorer celle avec "l’ancien franc" :

On dirait ma grand-mère qui parle en ancien franc. On vit une révolution et des Républicains n’arrivent pas à le concevoir.

Au passage, Gérald Darmanin assure être toujours adhérent des Républicains et ne voit pas pourquoi il a été exclu. "Les statuts ne prévoient pas qu’on ne fasse plus partie de sa famille politique quand on est nommé dans un gouvernement", explique-t-il au Figaro. Et de régler encore quelques comptes avec LR : "Une partie de ma famille politique est plus sectaire que le président de la République". Et pour cause, Emmanuel Macron ne "lui a pas demandé de quitter sa famille politique".








[BONUS TRACK] Thierry Mariani : "Les Républicains sont morts"

Gérald Darmanin n’est pas le seul à penser que LR n’est plus dans le coup. Le député des Français de l’étranger Thierry Mariani est beaucoup plus sévère. "Les Républicains sont morts", assure-t-il mardi 30 mai au Figaro :

Le ravalement de l'UMP n'aura pas suffi à cacher les divisions qui nous minaient depuis des années. Il faut que l'on retrouve un logiciel clair. Que l'on arrête de produire des propositions qui, au prétexte de convenir à tout le monde, n'intéressent plus aucun électeur.

Une annonce qui intervient le jour du deuxième anniversaire de Les Républicains. ¯\_(ツ)_/¯

Du rab sur le Lab

PlusPlus