Le PCF découvre qu'un de ses candidats aux départementales a été condamné pour pédophilie en mars 2014

Publié à 15h56, le 20 mars 2015 , Modifié à 16h55, le 20 mars 2015

Le PCF découvre qu'un de ses candidats aux  départementales a été condamné pour pédophilie en mars 2014
Image d'illustration/PCF © PHILIPPE HUGUEN / AFP

C’est un "choc terrible" qui laisse les rangs communistes de Draveil "abasourdis". Selon Le Parisien, le candidat du PCF à Draveil (Essonne), Jean-Pierre Sauvage, vient de voir son investiture pour les élections départementales retirée, vendredi 20 mars, par la fédération communiste de l’Essonne. Les responsables du PCF local, alertés par les journalistes du Parisien, ont vérifié et se sont rendus compte que cet éducateur de 41 ans avait été condamné en mars 2014 – soit il y a exactement un an – pour des faits de pédophilie. Enregistré au fichier des délinquants sexuels et interdit de travailler avec des mineurs, Jean-Pierre Sauvage – qui a fait appel de sa condamnation – avait reconnu à l’audience, toujours selon Le Parisien, des faits d’attouchement sur des garçons âgés de 11 à 15 ans.

La nouvelle a pris de court les cadres locaux du PCF, qui assurent désormais que Jean-Pierre Sauvage n’est plus leur candidat. Le patron des communistes de l’Essonne, Philippe Camo, qui se dit "choqué et bouleversé", ajoute:

Il est clair et net qu’il n’est absolument plus notre candidat. C’est moralement et politiquement impensable, même s’il a fait appel de sa condamnation.

Visiblement, le candidat n'a avoué que vendredi sa condamnation au responsable de la section locale du PCF, Jean-Pascal Bonsignore. Interrogé par Essonneinfo.fr, ce dernier affirme que s'il avait été mis au courant plus tôt, cette candidature n'aurait jamais été possible. Il explique:

 

 En aucun cas le PCF n’aurait pu accepter en ses rangs un pédophile, notre éthique est claire. Je déplore d’apprendre ces faits à deux jours d’un scrutin décisif pour la gauche en Essonne.

Sur Twitter, le candidat du FN dans le canton de Draveil, Cédric Giraud, a déjà réagi, appelant à la moralisation de la vie politique :

Autre réaction, côté frontiste, celle d’Audrey Guibert, secrétaire départementale du FN Essonne. Pour la conseillère municipale de Savigny-sur-Orge, si "un pédophile" peut se présenter aux élections départementales, "c’est grâce à la Justice de Taubira".

C'est dans le même canton de Draveil que se présente Georges Tron, le candidat de l'UMP qui se verrait bien président du Conseil général de l'Essonne. Ces dernières semaines, l'ancien ministre du gouvernement Fillon a vu, à plusieurs reprises, ses démêlés judiciaires remis sur le devant de la scène par son adversaire socialiste Jérôme Guedj. Lors d'un débat sur France 3 Île-de-France, fin février, le conseiller général socialiste avait ainsi rappelé le renvoi aux assises pour viol de l'ancien secrétaire d'Etat. Il avait sur Europe 1 utilisé un autre argument qui avait créé la polémique en estimant que si, lui avait avait été "renvoyé aux assises pour pédophilie", "son parti ne l'aurait pas investi". Dans cette même interview, il s'était interrogé sur l'opportunité de la présence de Nicolas Sarkozy auprès de Georges Tron pour un meeting commun dans l'Essonne, estimant "qu'il y a un problème éthique et moral à voir un ancien président de la République s'afficher avec Georges Tron, renvoyé aux assises pour viol".

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus