Le père de Florian Philippot, Daniel Philippot, prend la tête du collectif Racine dans le Nord

Publié à 15h39, le 17 octobre 2015 , Modifié à 16h07, le 17 octobre 2015

Le père de Florian Philippot, Daniel Philippot, prend la tête du collectif Racine dans le Nord
© AFP et Twitter

Et il est là le père de Florian Philippot. Comme le révélait le Scan du Figaro le 16 octobre, Daniel Philippot va diriger le collectif Racine pour le grand Nord. Marine Le Pen a lancé ce 17 octobre la section locale de ce collectif d'enseignants associé au Rassemblement bleu marine.

Sur cette photo tweetée par un compte de soutien à Marine Le Pen, on peut voir la présidente FN avec à sa gauche Daniel Philippot et à sa droite Alain Avello, le président du collectif au niveau national. Au micro, Valérie Laupies, vice-présidente :

Le collectif Racine a été créé il y a deux ans dans la même mouvance que les collectifs "Marianne", "Audace" ou "Nouvelle écologie". Ces mini-mouvements issus de la société civile sont chargés de produire des idées sur tous les sujets pour le Front national : culture, programme scolaire, écologie, etc.

Daniel Philippot, père de, prend donc la tête du collectif d'enseignants dans le grand Nord, là où Marine Le Pen se présente comme tête de liste FN aux régionales. Lui-même a été enseignant puis directeur d'école primaire à Linselles dans le Nord. Le Scan précise que Daniel Philippot ne devrait cependant pas être présent sur la liste de Marine Le Pen en vue des élections de décembre.

[Disclaimer : il existe bien un Daniel Philippot qui a été candidat aux municipales à Barcarès en 2014 pour le FN, mais ce n'est pas le même homme.]

Début 2012, lorsque Florian Philippot est révélé au grand public et entre dans son costume de directeur de campagne de Marine Le Pen, Nord Eclair s'intéresse à son père, Daniel. Ce dernier ne souhaitait alors pas s'exprimer sur les idées de son fils dans la presse. Rappelons qu'à l'époque, ce choix de Florian Philippot avait étonné son entourage. Son père expliquait, réticent :

Répondre à des questions sur l'enfance de mon fils ne me dérange pas mais je ne souhaite pas m'exprimer dans la presse sur ses idées. C'est son histoire, son parcours. Ce n'est ni ma vie ni mon engagement.  (...) Les anciens ont bien connu mon fils, on échange régulièrement des nouvelles de nos enfants respectifs. On vit ensemble sans s'ignorer. Pour le reste, chacun est libre de ses opinions...

Du rab sur le Lab

PlusPlus