Le pessimisme de Jean-Christophe Cambadélis sur l’unité du PS après les législatives : "Après, je ne réponds plus de rien"

Publié à 08h46, le 21 avril 2017 , Modifié à 08h46, le 21 avril 2017

Le pessimisme de Jean-Christophe Cambadélis sur l’unité du PS après les législatives : "Après, je ne réponds plus de rien"
Jean-Christophe Cambadélis. © AFP
Image Sébastien Tronche


LA PEUR DU VIDE - Si Benoît Hamon ne franchit pas le premier tour de l’élection présidentielle et que, pire, il n’atteint pas la barre des 10%, le PS risque l’éclatement. Divisé entre son aile droite plutôt pro-Macron et son aile gauche loyaliste et pro-Hamon, le parti dirigé par Jean-Christophe Cambadélis pourrait aborder les élections législatives en position de faiblesse, écartelé entre ses deux mouvances.

Certes, jusqu’ici, dans la dernière ligne droite avant le premier tour du scrutin élyséen, Jean-Christophe Cambadélis a tenté de déminer, assurant qu’il n’y aurait "aucune conclusion à tirer" de cette présidentielle "tellement atypique". Mais le Premier secrétaire du PS est beaucoup plus pessimiste en petit comité, comme le rapporte Libération de ce vendredi 21 avril. Ainsi "Camba" prévient-il :

Jusqu’au 18 juin, il n’y a qu’un seul PS. Après, je ne réponds plus de rien.

Après les épreuves électorales, la peur du vide.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> VIDÉO - Hamon ironise sur le nouvel appel de Valls à voter Macron : "il a fini ses vacances à Maurice, c’est bien"  

> Proche d’Hamon, Cherki n’imagine pas Cazeneuve mener la campagne des législatives : "Cette hypothèse est une plaisanterie"  

> Comment Jean-Christophe Cambadélis a été mis au ban lors du meeting de Benoît Hamon à Bercy 

Du rab sur le Lab

PlusPlus