Conseil constitutionnel : Jean-Marc Ayrault tente de rattraper sa gaffe en faisant du second degré

Publié à 14h55, le 24 octobre 2012 , Modifié à 16h05, le 24 octobre 2012

Conseil constitutionnel : Jean-Marc Ayrault tente de rattraper sa gaffe en faisant du second degré
Image Sébastien Tronche

Par

QAG - Les députés posent ce mercredi 24 octobre à l'Assemblée nationale une série de questions d’actualité au gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Une séance attendue après la gaffe de Jean-Marc Ayrault concernant la décision du Conseil constitutionnel sur la loi sur le logement social et après une séance de mardi agitée.

La liste des intervenants du jour, twitté par Eric Krissi.



Le député GDR (groupe communiste) attaque la séance avec véhémence, applaudi par les rangs de l'UMP, dont Pierre Lellouche.





jean-Louis Borloo et Jean-Christophe Lagarde en grande discussion. L'avenir de l'UDI au menu ?



Toute la délicatesse de Laurent Fabius dans sa tenue du micro...



... sous le regard dubitatif de Claude Goasguen.



 Marc Le Fur pose une question au Premier ministre sur sa gaffe du matin.





Jean-Marc Ayrault répond avec humour et véhémence.

J’ai peut être anticipé une décision du Conseil Constitutionnel sur une éventuelle annulation de la loi sur le logement. Il est vrai que tous les conseils juridiques du gouvernement m’indiquent que cette annulation est possible, explique le Premier ministre avec ironie. Mais elle n’a pas été décidé. Vous avez parfaitement raison. On ne sait jamais, je me suis peut être trompé en anticipant un peu.

Et d'ajouter : "Peut-être que le Conseil Constitutionnel par sa décision rendue cette après midi nous annoncera une bonne nouvelle."



Une réponse qui ravit et amuse Alain Vidalies et Laurent Fabius.



Dissipé mardi, Gilbert Collard n'est pas là aujourd'hui pour tenir compagnie à Marion Maréchal-Le Pen.



Pendant ce temps là, Christian Jacob et Bruno Le Maire sont exceptionnellement assis côte-à-côte. Un signe ?



Comme Manuel Valls la veille, Najat Vallaud-Belkacem s'accroche à son micro. Tendue ?



Comme à son habitude, Lucien Degauchy se positionne, visiblement, avec sa veste jaune près de l'orateur de droite.



 Nouvelle figure de proue de gouvernement lors des quesitons au gouvernement, Jérôme Cahuzac est applaudi par la majorité avant même la fin de sa réponse. Eric Woerth, lui, est sceptique.







Et pendant ce temps là (bis), Arnaud Montebourg papote avec Benoit Hamon et Delphine Batho alors que Valérie Lacroute (UMP) parle des grèves à la SNCF.



 L'intervention de Frédéric Cuvilier, ministre des Transports, provoque l'ire de la droite de l'Hémicycle.



Absent mardi, François Fillon a fait son retour dans l'Hémicycle pour les questions d'actualité tandis que Jean Glavany est attentif aux propos de Manuel Valls...





Cécile Duflot a un message à faire passer ?



Grande discussion dans les rangs écologistes entre Barbara Pompili et Denis Baupin.



Arnaud Richard, de l'UDI, fait dans l'ironie. "M. Le Premier ministre, vous être extraordinaire", dit-il avant de demander d'Ayrault des excuses au Conseil constitutionnel. Standing ovation de la gauche. Rires sur les bancs des ministres.





Et c'est Cécile Duflot qui répond en lieu et place de Jean-Marc Ayrault. "Cette loi vous déplait, elle sera votée", lance-t-elle.



Jour de gloire pour le ministre des Transports, appelé à répondre à une question pour la troisième fois de la séance.



Les députés ultra-marins arborent une fleur à l'oreille, comme ici Jonas Tahuaitu (UDI).





Tous les députés ne semblent pas forcément concernés...



La séance des questions au gouvernement s'achève. Les députés vont se remettre sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Pendant ce temps là (x3), un "bouchon" est signalé dans la cour d'honneur de l'Assemblée nationale, twitté par "une petite main" de l'Assemblée.



Du rab sur le Lab

PlusPlus