Législatives : comment le PS va éviter de présenter ses candidats face aux élus PS macronistes

Publié à 15h24, le 28 février 2017 , Modifié à 16h24, le 28 février 2017

Législatives : comment le PS va éviter de présenter ses candidats face aux élus PS macronistes
Jean-Christophe Cambadélis. © AFP
Image Sébastien Tronche


#LaQuestionCon - Il est des questions que personne ne se pose, jusqu'à ce que quelqu'un se les pose. Le monde réalise alors qu'il aurait dû se les poser avant. Le Lab se dévoue donc en consacrant cette chronique à ces interrogations essentielles.

Aujourd'hui : comment le PS va éviter de présenter ses candidats face aux élus PS macronistes aux législatives ?

C’est l’embarras au PS. Comment traiter les soutiens socialistes d’Emmanuel Macron ? Jean-Christophe Cambadélis a déjà prévenu que ceux qui parraineraient le leader d’En Marche seraient exclus du parti après avoir déjà été évincés des réunions de groupe à l’Assemblée nationale. Mais les députés PS macronistes sortants, souvent soutenus par leur fédération, seront ensuite candidats aux législatives de juin 2017 sous l’étendard d’En Marche.

Contre le PS ? C’est un casse-tête pour Solférino qui ne veut pas braquer ses militants locaux, rapporte Le Monde de ce mardi 28 février. C’est là que l’accord législatif entre Benoît Hamon et Yannick Jadot peut se révéler utile.

Selon le quotidien du soir, au nom de cette alliance, le PS, qui a réservé environ 43 circonscriptions aux écolos, va laisser des candidats EELV monter au front contre les candidats socialistes d’Emmanuel Macron. C’est notamment le cas dans les circonscriptions de Richard Ferrand, député PS et secrétaire général d’En Marche, dans le Finistère et de Corinne Erhel dans les Côtes-d’Armor. Et vraisemblablement dans la "circo" d’un autre fervent macroniste, Christophe Castaner, ex-candidat PS aux régionales en PACA. D’autres devraient connaître le même sort.

Chez EELV, on confirme bien qu’envoyer des écolos face aux macronistes a été évoqué dans les négociations de l’accord entre Benoît Hamon et Yannick Jadot.

Voilà, vous savez tout. De rien. 

C'était très intéressant.

Du rab sur le Lab

PlusPlus