Législatives : la France insoumise demande aux candidats communistes de cesser d'utiliser l'image de Jean-Luc Mélenchon

Publié à 14h52, le 04 mai 2017 , Modifié à 16h23, le 04 mai 2017

Législatives : la France insoumise demande aux candidats communistes de cesser d'utiliser l'image de Jean-Luc Mélenchon
© DAMIEN MEYER / AFP
Image Aurélie Marcireau


Et "le droit à l'image" de Jean-Luc Mélenchon alors ? Dans un communiqué virulent, le comité national France insoumise pour les législatives met en garde le PCF ce jeudi 4 mai. Il reproche aux candidats aux législatives du PCF de s'approprier logos et photos du leader de la France insoumise alors qu'aucun accord n'a été conclu entre les deux formations. Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard dénonce : 

Le PCF cherche à semer la confusion chez les électeurs qui ont voté pour le candidat de la France Insoumise en faisant croire que les candidats du PCF aux législatives ont le soutien de Jean-Luc Mélenchon. Il n'en est rien. Les seuls candidats qui ont ce soutien sont ceux validés par la France Insoumise.

Au grand désespoir du leader du parti communiste, les négociations sont au point mort. Et l'échec de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle n'y change rien. Des candidats de la France insoumise seront jusqu'à nouvel ordre opposés aux candidats communistes. Alors pas question pour le camp de Jean-Luc Mélenchon de laisser les communistes (qui ont tout de même soutenu et fait campagne pour Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle) faire campagne en surfant sur ses 19.6 % des suffrages du 1er tour. La mise en demeure est donc très claire :  

En conséquence nous exigeons du Parti Communiste l'arrêt immédiat de l'utilisation de la photo de Jean-Luc Mélenchon ainsi que de tous les éléments graphiques appartenant à la France Insoumise. Nous rappelons que dans notre pays existe un droit à l'image qui doit être respecté y compris pour une personnalité politique publique. Nous dénonçons cette usurpation et nous décidons d'engager les poursuites judiciaires afin de faire cesser cette situation puisque nos rappels à l'ordre répétés ne sont suivis d'aucun effet. Nous déplorons un procédé qui, au nom de " l'identité communiste", refuse tout accord national mais s’approprie l’image de la France insoumise et de son candidat dans le but de gonfler artificiellement le score du PCF.

Au lendemain du 1er tour de la présidentielle, Pierre Laurent avait lancé un nouvel appel à Jean-Luc Mélenchon. Le secrétaire national du PCF expliquait qu'il fallait "des candidatures de rassemblement" dans le plus possible de circonscriptions. Il déplorait : "Je n'ai pas d'explication au silence de LFI, chaque jour qui passe devrait être du temps utile". Son diagnostic : "Ensemble, nous pouvons gagner des dizaines et des dizaines de circonscriptions, séparés, nous n'en gagnerons qu'une poignée".

Du côté d'EELV, les appels au rassemblement en direction de la France insoumise restent aussi sans résultat. David Cormand, patron de la formation écolo, met la France insoumise en garde ce jeudi 4 mai à ce que le "dégagisme" si cher à Jean-Luc Mélenchon n'emporte pas toute la gauche en juin. Les déclarations de candidatures pour les législatives doivent être déposées entre le 15 et le 19 mai. 



[EDIT 15 h 55] Ajout des propos de Pierre Laurent.









Pierre Laurent a réitéré et détaillé ce jeudi son "offre ce rassemblement" faite par le PCF à la France insoumise, à la suite d'une rencontre nationale, mercredi 3 mai. Il a déclaré dans un communiqué :

Nous vous avons fait une proposition qui permettrait de rassembler nos forces dans le maximum de circonscriptions, sous la bannière commune 'la force du peuple à l'Assemblée nationale' (...). Vous avez contesté puis refusé cette proposition, objectant qu'elle risquait de 'détricoter' ce que vous avez construit avec la France insoumise, confirmant que, pour vous, l'unique cadre national de rassemblement possible restait dès lors la France insoumise.

Tout en "renouvelant" leur proposition, les communistes se sont dits prêts à trouver un accord a minima

[EDIT] 16h23 

Dans un autre communiqué publié un peu plus tard, le PCF réagit à la mise en garde de la France insoumise. Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF écrit :



Nous ne comprenons pas l’agacement soudain exprimé par Manuel Bompard de la France insoumise. Elle concernerait l'utilisation supposée d'une photographie de Jean-Luc Mélenchon dans le matériel électoral d'une circonscription qu'il n'a pas précisée. Nos deux organisations, PCF et  France insoumise, sont engagées dans des discussions nationales afin de trouver dans le plus grand nombre de circonscriptions le rassemblement permettant l’élection de nombreux députés, représentant les forces qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon

Du rab sur le Lab

PlusPlus