Législatives partielles : pour David Assouline, porte-parole du PS, l’abstention discrédite ceux qui seront élus

Publié à 13h02, le 27 mai 2013 , Modifié à 13h02, le 27 mai 2013

Législatives partielles : pour David Assouline, porte-parole du PS, l’abstention discrédite ceux qui seront élus
Frédéric Lefebvre et Valérie Hoffenberg. (MaxPPP)
Image Sébastien Tronche

Par

Le PS malmené, l’UMP le vent en poupe. C’est la tendance issue des premiers tours des deux élections législatives partielles du dimanche 26 mai. 

Mais, plutôt que l’élimination du candidat socialiste dans la circonscription d’Europe du Sud et d’Israël, le Parti de la rue de Solférino, par la voix de son porte-parole David Assouline, préfère insister sur l’abstention. Et discréditer par avance les futurs élus du suffrage universel.



En mauvaise position, le PS anticipe donc déjà une défaite en Amérique du Nord face à l’ancien secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy, Frédéric Lefebvre. Et David Assouline de remettre d’ores et déjà en cause la légitimité de ces futurs élus à la députation.

Le résultat, c’est une abstention jamais atteinte qui discrédite la représentativité de ceux qui pourront être élus.

Les taux d'abstention dans les deux circonscriptions des Français de l'étranger qui ont voté ce dimanche ? 90% et 86%. Des chiffres "exorbitants", selon le sénateur PS de Paris, qui s’est exprimé sur le sujet lors du point presse hebdomadaire du parti.

Ce qui est manifeste, éclatant, c’est ce niveau exorbitant d’abstention. Ce sont des élections atypiques, on le savait, qui déjà avaient subi une grande abstention aux dernières législatives. Le désarroi est aujourd’hui encore plus grand.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus