L'élue FN Lydia Schénardi traite Florian Philippot de "lierre qui envahit l'arbre et finira par l'étouffer"

Publié à 12h46, le 15 juillet 2015 , Modifié à 13h13, le 15 juillet 2015

L'élue FN Lydia Schénardi traite Florian Philippot de "lierre qui envahit l'arbre et finira par l'étouffer"
© VALERY HACHE / AFP
Image Sylvain Chazot


À l'heure qu'il est, Lydia Schénardi est élue FN. Mais cela pourrait bien changer. Car la conseillère régionale de PACA, seconde vice-présidente du groupe FN dans la région, vient de s'en prendre à vous-savez-qui. Et, généralement, cela ne passe pas.

Mardi 14 juillet, Lydia Schénardi a décidé d'attaquer Florian Philippot. Dans un communiqué diffusé notamment sur des sites d'extrême droite, elle dénonce la suspension du FN du conseiller régional Laurent Comas et de Jean-Louis Bouguereau, vice-président du groupe au conseil régional. Le 10 juillet, les deux hommes avaient réclamé la démission du vice-président du FN, accusé d’être le "responsable de la crise interne" au parti.

Évoquant la suspension de ses deux camarades, "un avertissement d’intimidation à tous ceux qui oseraient s’unir à la démarche de Maître Bouguereau", selon elle, Lydia Schénardi ajoute :

Oui, j’ose l’affirmer, monsieur Philippot aussi brillant soit-il, n’est que le lierre invasif qui s’accroche au FN et à sa présidente, pour monter toujours plus haut avec une influence néfaste pour notre mouvement, néfaste pour les valeurs que nous défendons, avec de surcroît l’abandon de fondamentaux qui ont justifié pendant des années notre combat et des promesses électorales populistes gauchisantes totalement irréalistes.

Or l’on sait que le lierre finit par étouffer l’arbre…

Lydia Schénardi s'en prend donc, quatre jours plus tard, à Florian Philippot. Même pas peur, assure-t-elle, car d'après l'élue frontiste, "le FN que [leur] impose monsieur Philippot n’est absolument plus le mouvement pour lequel [elle a] milité pendant 34 ans".

Contacté par le Lab, Florian Philippot n'a pas répondu à nos sollicitations.

Le 10 juillet, le secrétaire départemental du FN dans le Var, Frédéric Boccaletti, avait pointé des rancœurs dans les investitures pour les régionales pour expliquer cette cabale contre Florian Philippot. Cité par Libération, Frédéric Boccaletti parlait "d’épiphénomène".

Du rab sur le Lab

PlusPlus