L'élue FN Sophie Montel jure que son parti défend la contraception et l'avortement

Publié à 16h10, le 01 mai 2016 , Modifié à 16h16, le 01 mai 2016

L'élue FN Sophie Montel jure que son parti défend la contraception et l'avortement
Sophie Montel © PATRICK HERTZOG / AFP

Certains auraient pu en douter en entendant, ces derniers mois, des propos tenus par Marion Maréchal-Le Pen ou Louis Aliot. Et pourtant, le Front national se veut bien le défenseur des droits des femmes. Marine Le Pen l'a d'ailleurs martelé sur son blog, en mars. 

En ce dimanche 1er mai, durant le "banquet patriote" organisé par le parti d'extrême droite à cause, soutient-on, des menaces de Daech mais aussi et surtout pour éviter les perturbations de l'an dernier, l'élue frontiste Sophie Montel a longtemps défendu les droits des femmes.

À la tribune, l'eurodéputée, également conseillère régionale de la région Bourgogne-Franche-Comté, a répété que son parti était le défenseur du féminisme alors que "le machisme, le traditionalisme, le conservatisme se trouvent chez [leurs] adversaires".

Pendant plusieurs minutes, Sophie Montel a donc assuré que son parti protégeait ces droits, menacés, a-t-elle dit, par "les flux migratoires". Elle a ajouté :

"

Nous défendons la sanctuarisation de la contraception et la non-remise en cause de l'avortement. […] Oui, le Front National défend le droit de la femme à disposer de son corps.

 

"

Et Sophie Montel de citer Olympe de Gouge : "la femme naît libre et demeure à l'homme égale en droits". "Oui, c'est le Front National qui défend la femme et ses droits en France quand le rafiot UMPS dérive vers leur remise en cause !" a-t-elle encore dit.

Voilà qui a de quoi surprendre – et de choquer, notamment le site d'extrême droite Le Salon Beige, qui dénonce des propos "scandaleux". Selon le journaliste de La Croix Laurent de Boissieu, le passage sur "la sanctuarisation de la contraception" a même été sifflé par certains militants présents. Ce que les proches de Sophie Montel, Florian Philippot en tête, ont démenti.

Toujours est-il que les mots de Sophie Montel ont de quoi surprendre, notamment lorsqu'on les met en parallèle avec ceux prononcés par Marion Maréchal-Le Pen et Louis Aliot en novembre dernier. Durant la campagne des régionales, les têtes de listes FN en PACA et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées avaient expliqué que, si elles étaient élues, arrêteraient de financer le planning familial dans leur région.

"Je considère que ce sont aujourd'hui des associations politisées, on le sait bien. Et puis ils véhiculent aujourd’hui une banalisation de l’avortement", avait déclaré Marion Maréchal-Le Pen lors d'une réunion publique entre la tête de liste FN en PACA et des sympathisants de La Manif pour tous.

Marine Le Pen, pour sa part, avait considéré qu'elle avait des choses "plus importantes" à faire que de sucrer les aides "dérisoires" au planning familial.

Louis Aliot, comme Marion Maréchal-Le Pen, avait participé aux cortèges de La Manif pour tous contre le mariage entre personnes de même sexe. En 2012, il avait choqué bon nombre de politiques – et pas seulement – en critiquant, en pleine campagne présidentielle, ce qu'il appelait les "IVG de confort"

Du rab sur le Lab

PlusPlus