L'énorme raccourci de Marine Le Pen qui explique que c'est la religion catholique qui a inventé la laïcité

Publié à 10h33, le 17 octobre 2016 , Modifié à 17h55, le 10 février 2017

L'énorme raccourci de Marine Le Pen qui explique que c'est la religion catholique qui a inventé la laïcité
Marine Le Pen © AFP
Image Sylvain Chazot


Marine Le Pen et Jean-Jacques Bourdin sont un tout petit peu fâchés depuis que la première a cru que le second avait assimilé le Front national et Daesh. Mais cela n'empêche pas la présidente du FN de prendre parfois son téléphone et d'appeler le journaliste pour intervenir en direct à la radio pour préciser ses propos.

C'est exactement ce qu'il se passe ce lundi 17 octobre sur RMC. Jean-Jacques Bourdin est en train de parler de la proposition du FN d'interdire les signes religieux ostentatoires dans l'espace public. Les auditeurs débattent lorsque la cheffe frontiste débarque sur l'antenne pour préciser ses propos. "Il est temps d'élargir la loi de 2004 [qui interdit le port de signes religieux à l'école, NDLR] pour nous permettre d'interdire au nom de la laïcité tous les signes ostentatoires dans l'espace public, ce qui permettra également de les interdire dans les entreprises", dit Marine Le Pen avant de préciser sa pensée : soyons clairs, cette interdiction concerne le voile et la kippa. Et c'est tout. Elle dit :

Les grandes croix, ça n'existe pas. Je vais vous expliquer quelque chose : la religion catholique n'a pas de signe ostentatoire et pour une raison simple, c'est peut-être parce c'est elle qui a inventé en réalité la laïcité. Il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. Donc il n'existe pas de signe ostentatoire de la religion catholique.

S'il faut rendre à César ce qui est à César, il faut peut-être en faire de même avec les Cercopes, ces frères jumeaux qui excellaient dans l'art de l'intox. Car Marine Le Pen dit un tout petit peu n'importe quoi ce lundi matin sur RMC. Car même si la phrase "rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu" est bien tirée des Évangiles, attribuée à Jésus Christ, elle ne saurait établir les règles de la laïcité. 

On pourra ainsi rétorquer que non, la laïcité, à savoir la séparation de l'Église et de l'État, n'a pas été inventée par la religion catholique mais fut élaborée au travers des siècles par des penseurs de toute obédience. On pense notamment à Averroès. Ce philosophe andalou musulman du XIIe siècle est considéré comme l'un des précurseurs de la pensée laïque, pile poil au moment où l'Europe était en proie à des guerres de religions. La notion fut portée par d'autres penseurs comme John Locke, Voltaire, Diderot ou Albert Einstein, qui n'étaient pas franchement de fervents catholiques (alerte litote).

Selon l'historien Georges Weill, quatre courants de pensée ont participé à la conception de la laïcité : les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées. 



>> Aux origines de la laïcité [Le Monde diplomatique, décembre 2004]

>> "Laïcité", ce mot qui fâche

Une nouvelle fois, la présidente du FN semble donc confondre laïcité et opposition à l'islam. En août dernier, Florian Philippot, en réaffirmant la volonté du parti d'interdire les "signes religieux ostensibles dans l'espace public" ne faisait pas de distinguo mais déjà, les déclarations du n°2 frontiste confirmaient l'évolution du discours du parti sur ce sujet.

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, inspirée par certains penseurs de la laïcité, stipule que "nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi". Le port d'un voile, d'une kippa ou même d'une soutane en pleine rue est donc autorisé en France, tant que cela ne créé pas de troubles à l’ordre public. Le port du voile intégral est en revanche interdit depuis 2010.

En 2012, dans son programme présidentiel, Marine Le Pen s'engageait à interdire les signes religieux ostentatoires "pour les agents comme pour les usagers du service public". Ce n'est qu'après l'élection présidentielle que la présidente du FN s'était dite, dans Le Monde favorable à l'interdiction du voile dans "les magasins, les transports, la rue…". "Il est évident que si l'on supprime le voile, on supprime la kippa dans l'espace public", ajoutait-elle avant d'expliquer qu'une "dictature laïque" valait mieux qu'une "dictature religieuse". Mais, quoiqu'il en soit, une "dictature", quelle qu'elle soit, ce n'est pas la panacée. 





[EDIT 13h30] Ajout précisions sur les Évangiles

Du rab sur le Lab

PlusPlus