Les adhérents LR font de l'islam et de l'identité les sujets centraux pour la refondation du parti

Publié à 09h14, le 07 novembre 2017 , Modifié à 09h14, le 07 novembre 2017

Les adhérents LR font de l'islam et de l'identité les sujets centraux pour la refondation du parti
© bertrand GUAY / AFP
Image Sylvain Chazot


Une fois élu président de Les Républicains, Laurent Wauquiez veut être le chantre d'une droite assumée. "La droite est de retour", martèle le chef d'Auvergne-Rhône-Alpes. D'accord. Mais qu'est-ce qu'être de droite, en 2017, après les échecs successifs à la présidentielle – et l'élimination pour la première fois sous la 5e République dès le premier tour – et aux législatives ? C'est à cette question qu'ont répondu les encartés LR au cours d'une grande consultation lancée par le parti. En découle une étude faite des réflexions d'experts, de 450 contributions écrites, de questionnaires reçus des adhérents, etc. et dont Le Figaro dévoile ce mardi 7 novembre les résultats.

Le constat est sans appel. Les encartés LR ont deux priorités. Oubliez le chômage, l'évasion fiscale ou le réchauffement climatique : 300 contributions sur 450 évoquent les questions de l'identité et de l'islam, assure Le Figaro.

Concernant l'islam, d'abord. Selon le rapport de 83 pages issu des réflexions des Républicains, il y a aujourd'hui "une difficulté croissante à aborder les questions religieuses, et particulièrement celle de l'islam, dans le débat public". Le rapport ajoute :

Une réflexion très approfondie sur ces questions s'avère donc nécessaire, en se gardant de tout discours simpliste, mais avec lucidité et vérité. Ne pas dire loyalement la réalité des choses, c'est s'exposer à un réveil brutal.

Même constat sur l'identité. "Cette identité doit être définie, sûrement au-delà des seules racines chrétiennes, mais en distinguant ce qui fait la singularité de l'Europe par rapport aux autres continents", peut-on lire.

Certains préférèrent néanmoins parler de "culture" plutôt que d'"identité", moins excluant. "Cette approche moins restrictive que l'identité embrasse des valeurs telles que le patrimoine, l'histoire, au sein desquelles s'ajoute un fonds culturel catholique", est-il écrit dans le rapport. La religion, donc, toujours. D'une manière ou d'une autre. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus