Hollande à ses ministres: "Je vous demande d'être attentifs à votre activité numérique"

Hollande à ses ministres: 'Je vous demande d'être attentifs à votre activité numérique'
Le premier conseil des ministres présidé par François Hollande le 17 mai (Reuters).

INFO LAB – "Je vous demande d'être très attentifs à votre activité numérique" : le président de la République a mis en garde les 34 membres du gouvernement, à l’occasion du premier conseil des ministres tenu à l’Elysée, jeudi 17 mai, et leur a recommandé de porter la plus grande attention possible à leurs tweets et autres messages Facebook.

  1. 1

    "L'exemplarité" jusque sur Twitter

    Je vous demande d'être très attentifs à votre activité numérique.

    La recommandation vient directement du président de la République. Lors du premier conseil des ministres, tenu le 17 mai, François Hollande a annoncé aux membres du gouvernement qu'il souhaitait que "l'exemplarité" s'applique jusque dans l'activité numérique. 

    C'est plus qu'un conseil de la part du président de la République. S'il n'interdit pas à ses ministres de twitter, François Hollande a fait comprendre qu'il "fallait faire très attention de ne pas mettre le gouvernement en difficulté", relate au Lab Michèle Delaunay, la ministre déléguée aux personnes âgées et à la dépendance, l’une des ministres les plus actives en ligne.

    "Rien de choquant", continue Michèle Delaunay, qui s'est fait remarquer lundi avec une plaisanterie sur Twitter sur son déplacement dans un établissement pour personnes âgées dépendantes, mais raconte qu’elle sera, à l’avenir, plus vigilante. 

    Sur son activité numérique, elle déclare souscrire "totalement aux recommandations de François Hollande" : 

    Lors de son discours d'accueil, il nous a demandé d'être exemplaire. On ne peut être que d'accord. 

    La ministre entend tout de même continuer à tweeter et à publier des vidéos en ligne. Sur YouTube, Michèle Delaunay tient ainsi un "journal de campagne" mais souhaite prolonger le concept après les élections législatives, avec une tonalité différente. "J'aurai des choses à commenter et j'espère toujours pouvoir y mettre un sourire", détaille-t-elle. 

    Et la ministre de confesser, amusée : "si je ne pouvais plus le faire, je risquerais de m’ennuyer".