Les Constructifs de LR ne se font pas d’illusion sur l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence du parti

Publié à 07h38, le 14 juillet 2017 , Modifié à 07h38, le 14 juillet 2017

Les Constructifs de LR ne se font pas d’illusion sur l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence du parti
Franck Riester, coprésident du groupe des Constructifs à l'Assemblée nationale. © AFP
Image Sébastien Tronche


Pour l’aile modérée pro-Macron de LR, cela ne fait plus aucun doute : Laurent Wauquiez, tenant de l’aile droite du parti et d’une ligne d’opposition ferme à Emmanuel Macron sera le prochain président de LR. L’élection doit se tenir en décembre lors du congrès du parti en pleine fracture.

Si les Constructifs, qui réunissent l’aile Macron-compatible de LR et les centristes de l’UDI, envisagent sérieusement de créer leur propre parti après avoir monté leur groupe parlementaire indépendant, c’est parce qu’ils ne se font plus d’illusion sur la victoire de la ligne Wauquiez. Sur LCP, interrogé par Le Figaro jeudi 13 juillet, Franck Riester, coprésident du groupe des Constructifs, estime que "tout est en train d’être verrouillé". Et le député de Seine-et-Marne d’ajouter :

Les conditions ne sont pas réunies. Et Valérie Pécresse et Xavier Bertrand l'ont bien compris. Ça sera Laurent Wauquiez qui sera le président de notre famille politique.

Au JDD, le maire de Reims, Arnaud Robinet, attendu aux "journées parlementaires" des Constructifs comme plusieurs maires LR de grandes villes et qui souhaiterait qu’Edouard Philippe joue "un rôle dans la reconstruction de la droite et du centre", ne dit pas autre chose, déplorant que ni Xavier Bertrand ni Valérie Pécresse ne s'engage dans la bataille contre Laurent Wauquiez :

Je crois que l’élection de Laurent Wauquiez est un secret de polichinelle. Il se prépare depuis un certain nombre de mois pour prendre la tête du parti. On sait également qu’il a le soutien de Nicolas Sarkozy. Je regrette que certains de nos ténors qui pourraient incarner une ligne centriste, libérale et humaniste ne souhaitent pas porter ces idées au Congrès. Chacun se retranche en disant, 'je ne souhaite pas participer à la guerre des chefs’. Je pense à Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et d'autres. Je trouve cela dommage.

Cette résignation à voir Laurent Wauquiez, qui ne s’est pas encore officiellement déclaré candidat à la présidence de LR, l’emporter conforte ces Constructifs, dont certains ont été sanctionnés par le bureau politique de LR en attendant une éventuelle exclusion, dans leur volonté de créer un nouveau parti.

Du rab sur le Lab

PlusPlus