Les énormes scuds d’Emmanuel Macron à Jean-Christophe Cambadélis et François Baroin

Publié à 10h01, le 29 avril 2017 , Modifié à 10h01, le 29 avril 2017

Les énormes scuds d’Emmanuel Macron à Jean-Christophe Cambadélis et François Baroin
Emmanuel Macron. © AFP
Image Sébastien Tronche


Depuis que l’on connaît l’affiche du second tour de l’élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, une majeure partie de la classe politique appelle à faire barrage à la candidate du Front national, à quelques exceptions près comme Christine Boutin ou Nicolas Dupont-Aignan.

Mais cela n’empêche pas le candidat d’En Marche de rester offensif envers certains cadres du PS et de LR et d’estimer qu’il "n’y aura pas de front républicain" en sa faveur et qu’il ne fera pas 80% comme Jacques Chirac face à Jean-Marie Le Pen. Dans une longue interview au Figaro ce samedi 29 avril, l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande se paye frontalement Jean-Christophe Cambadélis et François Baroin dans une seule et même réponse. Un super combo contre deux représentants des "deux grands partis" qui, selon lui, ne "peuvent plus résoudre les problèmes de notre pays".

Analysant les nouveaux rapports de force politiques issus du premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron estime qu’il y a une "tripartition" du spectre politique entre une droite extrême et réactionnaire, un arc central progressiste et une gauche mélenchoniste "très conservatrice". Et quand on lui oppose que ni LR ni le PS ne partagent cette analyse, Emmanuel Macron défouraille pour mieux ancrer l'idée de sa recomposition :

Jeudi, M. Cambadélis disait que, s’il est réélu député, il ne voterait pas l’habilitation pour réformer le code du Travail (qu’Emmanuel Macron veut réformer par ordonnances, ndlr). Très bien ! Mais moi je suis clinique : M. Cambadélis est le chef d’un parti qui fait 6%... Donc sa principale préoccupation est surtout de savoir combien de députés il aura avec l’étiquette socialiste.

Le taquet au PS, ça, c’est fait.

Ensuite, François Baroin, qui s’est dit prêt à être Premier ministre de cohabitation d’Emmanuel Macron en cas de victoire de la droite aux législatives. Emmanuel Macron poursuit contre le patron LR de l’association des maires de France, qui a successivement soutenu Nicolas Sarkozy puis François Fillon, raillant sa volonté farouche d’occuper Matignon :

De l’autre côté, nous avons M. Baroin, qui est l’un des responsables d’un parti qui fait 20%... Et il dit de manière absolument invraisemblable : ’moi, je veux bien être Premier ministre de M. Macron’. Vous me direz, il a voulu être celui de M. Sarkozy, il a voulu être ensuite celui de M. Fillon, il voudrait devenir le mien. Il manifeste donc une vraie constance : la recherche de son intérêt personnel (rires).

Ce à quoi François Baroin a répondu, sur Twitter :



Emmanuel Macron devrait mieux lire. La bataille des législatives est engagée pour une majorité de droite et centre afin de gouverner le pays.

Ambiance.

Du rab sur le Lab

PlusPlus