Manuel Valls et cinq ministres se sont aussi entretenus (secrètement) avec le prince d'Arabie saoudite lors de sa venue en France

Publié à 12h59, le 08 mars 2016 , Modifié à 13h10, le 08 mars 2016

Manuel Valls et cinq ministres se sont aussi entretenus (secrètement) avec le prince d'Arabie saoudite lors de sa venue en France
François Hollande et le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud à l'Élysée © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Etienne Baldit


LA TOTALE - Voilà quatre jours que la remise, en toute discrétion, de la légion d'honneur par François Hollande au prince héritier d'Arabie saoudite fait polémique. Mais Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud n'a pas eu les faveurs QUE du chef de l'État. Manuel Valls et cinq ministres - et pas des moindres : Ségolène Royal, Jean-Yves Le Drian, Bernard Cazeneuve, Jean-Marc Ayrault et Emmanuel Macron - se sont aussi entretenus avec le dignitaire saoudien lors de son passage à Paris. Sans que cela ne soit mentionné dans leurs agendas officiels.

Ce n'est donc pas grâce à la transparence de l'exécutif français que l'on sait que le prince a eu droit à ces honneurs, mais bien du fait de l'agence de presse saoudienne SPA - qui avait déjà, la première, évoqué la légion d'honneur. Comme l'a repéré Le Petit Journal lundi 7 mars, relayé par Marianne ce mardi, l'agence a en effet mis en ligne sur son site tous les éléments relatifs aux rencontres et discussions de Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud avec le chef du gouvernement ainsi que les ministres de l'Environnement, des Affaires étrangères, de la Défense, de l'Intérieur et de l'Économie.

Voici l'agenda *diplomatique* de ce voyage parisien du prince héritier, tel que rapporté par l'agence SPA. Le prince a ainsi été accueilli à l'aéroport d'Orly par Ségolène Royal, jeudi 3 mars. Jean-Yves Le Drian a ensuite fait le déplacement jusqu'à "sa résidence à Paris". Vendredi, c'est Manuel Valls qui le recevait pour "des entretiens officiels" ; un "repas en l'honneur du prince" aurait aussi été "organisé" par le Premier ministre. S'en est suivi le fameux épisode de la légion d'honneur, avant qu'il ne s'entretienne avec Jean-Marc Ayrault et ne recoive la viste de Bernard Cazeneuve. C'est enfin Emmanuel Macron qui l'a raccompagné à l'aéroport ("plusieurs ministres et hauts responsables étaient présents à l'aéroport d'Orly pour saluer son altesse accompagné de sa délégation", écrit même SPA)



L'Arabie saoudite a donc visiblement trèèèèèès envie de mettre en valeur cette réception en grande pompe, puisque l'agence de presse a tout publié, y compris des photos. Contrairement au gouvernement français, qui a tout fait pour l'étouffer.

Ce lundi, pour justifier la légion d'honneur remise au prince d'Arabie saoudite, Jean-Marc Ayrault a expliqué qu'il s'agit d'une "tradition diplomatique" - ce qui est vrai. Et le reste ?

Depuis le début de l'année, le régime saoudien a procédé à 70 exécutions, la dernière ayant eu lieu dimanche avec la décapitation d'un Saoudien condamné à mort pour meurtre. En 2015, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres officiels, un niveau inégalé depuis 20 ans dans ce royaume ultra-conservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique.

La France entretient des relations très suivies avec l'Arabie saoudite, allié important en Syrie dans la lutte contre le groupe État islamique (EI) et avec qui Paris a conclu d'importants contrats d'armement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus