Gala du Time: tapis rouge pour Marine Le Pen outre-Atlantique

Publié à 07h10, le 22 avril 2015 , Modifié à 08h38, le 22 avril 2015

Gala du Time: tapis rouge pour Marine Le Pen outre-Atlantique
Marine Le Pen au gala du Time le 21 avril 2015. © AFP / TIMOTHY CLARY

RED CARPET - Entre la styliste Diane Von Fustenberg et l'actrice Julianne Moore, Marine Le Pen. La présidente du Front national était le 21 avril outre-Atlantique à la soirée de gala organisée par le magazine américain Time, qui l'a consacrée parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde.

Robe de soirée, coupe de champagne et tapis rouge, pas franchement le style affiché d'habitude par la fille Le Pen. Mais la cheffe du parti frontiste se justifie auprès des journalistes, estimant même que "la France des oubliés" était un peu là "ce soir" :

"

Comme je suis la seule représentante politique de la France il était de bon ton que je sois présente. (...) Je suis fière pour mon pays, je suis fière que les millions de Français qui font un choix différent de l'UMP et du PS soient présents un peu ce soir. Vous voyez la France des oubliés, ce soir elle n'est pas oubliée.

"

Marine Le Pen était accompagnée de Louis Aliot. Son responsable presse, Alain Vizier, a largement relayé l'évènement sur son compte twitter :

Selon la journaliste d'Europe 1 Géraldine Woessner, Marine Le Pen était notamment assise lors du dîner de gala à la table de la journaliste Charlie Rose (CBS), du procureur Preet Bharara et de l'ex-journaliste de Newsweek Baba Shetty.

Les Etats-Unis s'intéressent de près à la présidente du FN. Après les attentats début janvier en France, le New York Times lui avait par exemple offert une tribune. Elle était cependant déjà présente dans un tel classement du Timedès 2011, aux côtés cette fois-ci de Nicolas Sarkozy.

En 2014, le FN avait tenté de booster les chances de Marine Le Pen de revenir dans le même classement, en vain. Streetpress le révélait à l'époque.



[Edit 8h20] Il en est un qui a A-DO-RÉ voir sa présidente sur le tapis rouge à New York, c'est Florian Philippot :

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus