Marleix sur la candidature de Calan à la présidence LR : "les aristocrates milanais envoient leurs domestiques à leur place..."

Publié à 12h25, le 05 septembre 2017 , Modifié à 12h58, le 05 septembre 2017

Marleix sur la candidature de Calan à la présidence LR : "les aristocrates milanais envoient leurs domestiques à leur place..."
Olivier Marleix.
Image Sébastien Tronche


Maël de Calan l’assure, sa candidature à la présidence de LR n’est pas une stratégie d’Alain Juppé, dont il a été le porte-parole, mais "une démarche générationnelle". Pourtant, certains à LR voient derrière le conseiller départemental du Finistère la main du maire de Bordeaux alors que les juppéistes sont éparpillés entre Emmanuel Macron (Edouard Philippe), Laurent Wauquiez (Virginie Calmels) et Maël de Calan (parrainé par Jean-Pierre Raffarin).

C’est notamment le cas du député LR sarkozyste Olivier Marleix. Sur Twitter, ce mardi 5 septembre, l’élu d’Eure-et-Loir a ainsi livré une comparaison très rude envers la candidature de Maël de Calan. Répondant à un tweet annonçant l’arrivée dans la course de ce nouveau prétendant, Olivier Marleix a lâché :

Ça ressemble à cet épisode de Sissi où les aristocrates milanais envoient leurs domestiques à leur place…

Ainsi semble-t-il considérer que Maël de Calan est comme un "domestique" envoyé au combat par des "aristocrates milanais". Derrière ces derniers se cachent vraisemblablement, dans sa tête, Alain Juppé, mais peut-être aussi les Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, très critiques envers Laurent Wauquiez et qui répètent que sa victoire pourrait faire éclater le parti. Sans pour autant se porter eux-mêmes directement candidat contre le décrié président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Contacté par le Lab pour faire les sous-titres de son tweet, Olivier Marleix explique que son message "peut s'appliquer à Maël de Calan mais à d'autres aussi". Il poursuit :

On a subi les traumatismes des défaites à la présidentielle et aux législatives, malgré les trahisons. On a besoin d'unité. Au lieu de critiquer Laurent Wauquiez, ils auraient mieux fait de discuter avec lui.

Olivier Marleix ne veut pas citer de noms mais il peste contre "les barons et les baronnes qui n'ont pas le courage d'y aller eux-mêmes" et ceux qui "cherchent à nous affaiblir". Et de conclure :



Tous ces gens qui se veulent constructifs avec le gouvernement pourraient commencer par l'être avec leur propre famille politique.

Bonne ambi.

Laurence Saillet, elle-même candidate à la présidence de LR, considère que la candidature de Maël de Calan est "une réplique juppéiste" au ralliement de Virginie Calmels à Laurent Wauquiez. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus