Martine Aubry laisse planer le doute quant à sa candidature au congrès du PS

Publié à 15h10, le 01 avril 2015 , Modifié à 21h41, le 01 avril 2015

Martine Aubry laisse planer le doute quant à sa candidature au congrès du PS
Martine Aubry essayant de voir clair dans son propre jeu © PHILIPPE HUGUEN / AFP

LA GRANDE INCONNUE - Ce n'est pas encore aujourd'hui que l'on connaîtra avec précision les intentions de Martine Aubry. Mais à défaut de dévoiler son jeu, la maire de Lille entretient savamment le doute. Devant ses soutiens à l'Assemblée nationale, mardi 31 mars, l'ancienne Première secrétaire du PS a en tous cas laissé planer l'éventualité d'une candidature de sa part au congrès du parti, qui se tiendra à Poitiers début juin. 

Comme le rapporte Le Scan ce mercredi, Martine Aubry a réuni mardi "un peu moins d'une centaine de soutiens à huis clos" au Palais Bourbon, "pendant près de deux heures". "La gauche passéiste, j'en suis fière", a-t-elle notamment déclaré, en référence aux critiques d'un certain Manuel Valls contre cette même "gauche passéiste". Serait-elle alors prête à défendre cette ligne à Poitiers, face à la motion majoritaire portée par Jean-Christophe Cambadélis, actuel patron du PS ? La maire de Lille et ses soutiens ont en tous cas "longuement discuté de l'opportunité du dépôt d'une motion avant la date limite, fixée le 11 avril", écrit Le Scan

L'ex-ministre du Travail puis de l'Emploi a également déclaré :

"

Je prépare un texte profondément révisé de la contribution de Cambadélis mais aussi une motion.

 

"

"Je n'irai pas signer un texte si j'ai des désaccords profonds", a-t-elle encore expliqué au sujet de "Camba". Manière de se garder un maximum d'option, tout en étant "incapable de dire" ce qu'elle décidera in fine. Critique vis-à-vis de la politique de l'exécutif, elle attend en tous cas "des signes forts et non des vaguelettes" de la part de François Hollande et Manuel Valls. Elle plaide notamment pour "une réorientation de plusieurs milliards du pacte de responsabilité pour la consommation et l'investissement public", écrit Le Scan, qui ajoute que cette "demande pourrait être exaucée vendredi par François Hollande."

Selon Le Parisien de ce mercredi 1er avril, Martine Aubry et ses supporters ont en revanche d'ores et déjà décidé de ne pas signer une éventuelle motion portée par Benoît Hamon, l'ancien ministre devenu frondeur avec qui Aubry entretien des relations qui ne sont pas top-top.

Rendez-vous mardi prochain pour la décision de la maire de Lille.

[BONUS TRACK]

Outre ses critiques (renouvelées) sur la stratégie du gouvernement pour les départementales, Martine Aubry s'est enfin exprimée sur la prochaine présidentielle. Et selon elle, pas de doute :

 

"

[François Hollande est] le seul à pouvoir se représenter en 2017.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus