Maryse Joissains attaque Jean-Claude Gaudin : "à Marseille, ils travaillent trois heures et demie par jour"

Publié à 14h06, le 02 janvier 2014 , Modifié à 14h09, le 02 janvier 2014

Maryse Joissains attaque Jean-Claude Gaudin : "à Marseille, ils travaillent trois heures et demie par jour"
(Maxppp)

Maryse Joissains-Masini se lâche. Une semaine après sa garde à vue dans le cadre d'une enquête sur des emplois présumés fictifs ou de complaisance, la maire UMP d'Aix-en-Provence donne une interview à Valeurs Actuelles.

Avec, dans son viseur : Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille. 

Elle est une opposante farouche à la métropole et souhaite le souligner. Pour elle, pas question que les contribuables de sa commune paient pour Marseille : 

"

A Marseille, ils travaillent trois heures et demie par jour, je ne veux pas qu’on se retrouve à payer leurs dettes !

(...)

J’en ai parlé à Ayrault. Et à Gaudin je lui ai dit : 'La métropole, je vais tout faire pour que tu en sois le Goliath perdant'.

"

Selon le quotidien La Marseillaise, "la métropole est devenue une obsession chez Maryse Joissains". Lors de la présentation de son projet pour les prochaines élections municipales, c'est le sujet auquel elle avait consacré le plus de temps : 

"

J’accuse le gouvernement et certains élus marseillais de ne pas protéger Marseille. La Métropole c’est une gestion technocratique, une fiscalité unique, une délinquance aggravée, un appauvrissement des territoires, un clientélisme que nous ne pouvons accepter.

"

François Hollande a aussi les faveurs de l'édile d'Aix-en-Provence. Maryse Joissains l'avait jugé "illégitime" aux lendemains de son élection. Cette fois, elle appelle à sa démission :

"

Hollande est ridicule, et quand le président est ridicule, c’est la France qui est ridicule. (...) Dans l’intérêt de la France et dans le sien, il doit remettre son mandat en jeu.

"

Quant au FN, elle assure "comprendre" le vote Front national. Maryse Joissains avait déjà suscité la polémique en déclarant partager "les idées de Marine Le Pen", en avril 2012. Cette fois, elle considère que les valeurs défendues par le parti d'extrême droite sont celles de nombreux Français : 

"

Ils défendent des valeurs qui sont celles de beaucoup de Français (...) 

Je ne veux pas rentrer dans ce débat, car on risquerait de me reprocher mes propos mais, selon moi, tous les partis qui se présentent aux élections sont républicains.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus