"Monde d'avant", "qu'il se taise" : des très proches de Macron dézinguent Jacques Attali

Publié à 15h21, le 26 avril 2017 , Modifié à 08h25, le 27 avril 2017

"Monde d'avant", "qu'il se taise" : des très proches de Macron dézinguent Jacques Attali
Jacques Attali n'est plus le bienvenu chez Emmanuel Macron © ERIC PIERMONT / AFP
Image Etienne Baldit


LA MACRONIE CONTRE ATTALI - Jacques Attali est un peu l'homme qui a découvert Emmanuel Macron, le nommant rapporteur général adjoint de la commission qui portait son nom en 2007, sur la libération de la croissance. Mais pour le désormais candidat à la présidentielle, son soutien dans cette élection est parfois devenu gênant. Conseiller ou interlocuteur de (presque) tout ce que la politique française a compté de puissants ces 40 dernières années, l'économiste ne colle *pas franchement* avec le renouvellement et la "révolution" qu'entend porter le leader d'En Marche !. Surtout lorsqu'il commet des bourdes flagrantes en plein entre-deux-tours.

Mercredi 26 avril sur LCI, Jacques Attali évoquait le cas de l'usine Whirlpool d'Amiens, qui doit être délocalisée en Pologne, menaçant directement les 286 employés du site. Et d'expliquer : "C'est une anecdote, non pas au sens péjoratif du mot, ça s'inscrit dans un contexte plus large, c'est-à-dire dans le contexte de la mondialisation ou la fermeture." Près de 300 personnes risquant de se retrouver sur le carreau et ramenées au rang "d'anecdote", voilà qui fait très mauvais genre - d'autant plus que cette usine fait précisément l'objet d'une bataille de com' acharnée entre l'ex-ministre de l'Économie et Marine Le Pen. Alors aussitôt, on a pu voir au moins deux très proches lieutenants d'Emmanuel Macron prendre violemment leurs distances avec l'ancien conseiller de François Mitterrand.

Richard Ferrand, secrétaire général d'En Marche ! et bras droit d'Emmanuel Macron, a ainsi retourné la phrase polémique contre son auteur en la qualifiant sur Twitter de "méprisable anecdote". Et d'ajouter un cinglant :



Qu'il se taise !

Dans la foulée, c'est Benjamin Griveaux, porte-parole d'En Marche !, qui s'en est pris à Jacques Attali. Revenant sur l'épisode fâcheux du dîner à La Rotonde le soir du premier tour, celui qui est promis à un bel avenir si Emmanuel Macron est élu l'a tout simplement renvoyé au vieux monde, comme le rapportent plusieurs journalistes :



Il appartient au monde d'avant, qu'il y reste.

Proche de François Hollande et rapidement rallié à Emmanuel Macron, l'avocat Jean-Pierre Mignard a estimé que Jacques Attali "méprise tout le monde" :



Visiblement, l'homme qui a l'oreille des Présidents n'est plus le bienvenu en Macronie...

[Edit 19h45]

Sur le plateau de Quotidien dans la soirée, Jacques Attali a d'abord refusé de répondre aux critiques de ces deux éminents macronistes. "Je leur demande de lire ce que j'ai écrit mais c'est pas grave, ça n'a aucune importance. Moi j'ai pas envie de répondre à ça, ça m'intéresse pas", a-t-il dit, avant d'ajouter quelques secondes plus tard qu'il s'agit "d'invectives anecdotiques de quelques uns qui perdent leurs nerfs du candidat que je soutiens et qui est mon ami". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus