Penelope Fillon : le parquet national financier ouvre une enquête

Publié à 15h55, le 25 janvier 2017 , Modifié à 16h10, le 25 janvier 2017

Penelope Fillon : le parquet national financier ouvre une enquête
© ERIC FEFERBERG / AFP
Image Etienne Baldit


L'affaire de l'emploi fictif présumé de l'épouse de François Fillon monte d'un cran. Selon Le Parisien mercredi 25 janvier, le parquet national financier (PNF) ouvre une enquête préliminaire après les révélations du Canard Enchaîné sur Penelope Fillon. Le parquet a confirmé l'information dans un communiqué, précisant que l'enquête concerne les "chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits". Cette procédure est devenue classique pour les "affaires" politico-judiciaires retentissantes médiatiquement depuis l'affaire Cahuzac.

L'épouse de l'ancien Premier ministre a été embauchée comme assistante parlementaire par le député Fillon et son suppléant, entre 1998 et 2007 puis en 2012, une période durant laquelle a perçu environ 500.000 euros brut sur les caisses parlementaires. Une situation qui n'est pas illégale, sauf s'il s'agit d'un emploi fictif, ce qui serait le cas en l'espèce selon Le Canard. Une autre assistante du suppléant de François Fillon, avec qui Penelope Fillon est censée avoir fait équipe, n'a en effet aucun souvenir de sa présence ni de son travail.

L'enquête, confiée à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), vise justement à déterminer la réalité de cette situation. Prenant la parole à ce sujet ce mercredi, François Fillon n'a pas commenté le fond de l'affaire, se contentant de dénoncer la "misogynie" de l'article de l'hebdomadaire satirique. Entre 2008 et 2016, la principale intéressée à a de nombreuses reprises assuré ne pas travailler pour son époux, avec des propos comme "jusqu’à présent, je ne m’étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari" ou "j'ai pas de rôle, je l'accompagne de temps en temps, ça se limite à ça".

Usant d'un argumentaire bancal et contradictoire, plusieurs de ses porte-parole et plus proches soutiens ont reconnu que Penelope Fillon avait bien été employée en tant qu'assistante parlementaire, en niant toutefois qu'il s'agisse d'un emploi fictif. Personne n'a par ailleurs contesté les sommes avancées par Le Canard

Du rab sur le Lab

PlusPlus