Poisson et les "lobbies sionistes" : pour Bruno Le Maire, saisir la Haute Autorité, c'est du "ramdam"

Publié à 15h50, le 23 octobre 2016 , Modifié à 15h50, le 23 octobre 2016

Poisson et les "lobbies sionistes" : pour Bruno Le Maire, saisir la Haute Autorité, c'est du "ramdam"
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Image Amandine Réaux


Chez Les Républicains, les propos de Jean-Frédéric Poisson sur les "lobbies sionistes" ont été unanimement condamnés par ses concurrents à la primaire et plusieurs cadres. Mais comment sanctionner le patron du Parti chrétien-démocrate ? Les candidats sont divisés.

Bruno Le Maire, par exemple, n’a pas demandé de sanction particulière. Le député de l’Eure "condamne avec la dernière fermeté les propos de Jean-Frédéric Poisson", comme il l’a dit dimanche 23 octobre sur France Info/France Inter/Le Monde. Mais "ce n'est pas à moi d'exclure, c'est aux électeurs de trancher et de décider", a-t-il ajouté.

Soit l’inverse de Nathalie Kosciusko-Morizet qui a saisi vendredi la Haute autorité. Une démarche "faux-cul" selon l’ancien ministre de l’Agriculture :



Ce qui est planqué et ce qui est faux-cul c'est d'aller saisir la Haute autorité, d'en faire tout un ramdam... qu'est-ce qui va déboucher derrière ? Rien. Ça ne sera pas ma démarche.


"Ce n'est pas à moi de faire la morale à la place des uns ou des autres", a-t-il ajouté.

De son côté, François Fillon s’est dit prêt à tourner la page si la Haute autorité décidait mercredi 26 octobre que les excuses de Jean-Frédéric Poisson étaient suffisantes pour le maintenir dans la compétition.













À LIRE SUR LE LAB :



NKM saisit la haute autorité de la primaire après les propos de Poisson sur les "lobbies sionistes" aux Etats-Unis

> Jean-Frédéric Poisson ressent "comme une injure" les condamnations de ses propos sur les "lobbies sionistes"

Du rab sur le Lab

PlusPlus