Pour Laurent Wauquiez, le problème de la laïcité, c'est "l'impossibilité d'enseigner la Shoah" dans certaines classes

Publié à 11h38, le 14 décembre 2017 , Modifié à 11h52, le 14 décembre 2017

Pour Laurent Wauquiez, le problème de la laïcité, c'est "l'impossibilité d'enseigner la Shoah" dans certaines classes
Laurent Wauquiez © AFP

Les choses sont claires pour Laurent Wauquiez : puisqu'il est pour l'instant difficile d'attaquer le gouvernement sur le terrain économique, une très large majorité des députés LR ayant voté en faveur des ordonnances pour modifier le code du travail, c'est sur un autre terrain que l'opposition compte agir : celui de l'identité. Ne soyons donc pas surpris de voir le nouveau président du parti s'emparer du sujet de la laïcité, il le faisait déjà avant d'être élu, par exemple, en installant une *exposition de santons* au sein du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. Désormais installé à la tête de LR, Laurent Wauquiez poursuit sur cette voie.

Face aux lecteurs du Parisien, ce jeudi 14 décembre, le président de LR est interrogé sur l'islam et la laïcité. Et son avis sur la question est plutôt tranché. "Le problème de la laïcité, ce n'est pas de mettre une croix sur une statue de Jean-Paul II", commence-t-il, en référence à la décision du Conseil d'Etat, en novembre, de faire ôter le crucifix érigé au-dessus d'une statue de l'ancien souverain pontife, à Ploërmel.

Puis, après avoir évoqué comme "problème de la laïcité"  le "salafisme" et le "port de la burqa", il poursuit :

"

Le problème de la laïcité, c'est l'impossibilité aujourd'hui d'enseigner la Shoah dans un certain nombre de classes en France car vous avez des gens qui la contestent.

 

"

On comprend donc que dans l'esprit de Laurent Wauquiez, la négation de la Shoah serait donc une question religieuse puisqu'elle serait "le problème de la laïcité". Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes répète à l'envi qu'il connait le sujet de l'islam puisque, répète-t-il le plus souvent possible, il "parle arabe". Il l'a appris au Caire. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus