Pour Nicolas Sarkozy, la primaire socialiste n’est pas une référence puisqu’elle a abouti à la désignation de François Hollande

Publié à 10h47, le 12 avril 2015 , Modifié à 16h47, le 12 avril 2015

Pour Nicolas Sarkozy, la primaire socialiste n’est pas une référence puisqu’elle a abouti à la désignation de François Hollande
Nicolas Sarkozy © AFP

Oui, Nicolas Sarkozy s’est rallié au principe d’une primaire pour désigner le candidat de la droite et du centre en vue de l’élection présidentielle de 2017. Mais n’allez-pas lui dire qu’il s’est inspiré en cela de la primaire socialiste de 2011. Dans une interview accordée au JDD, dimanche 12 avril, le président de l’UMP refuse de voir une "référence" dans la primaire organisée par le PS avant l’élection présidentielle de 2012 et avance une raison simple : cette dernière a abouti à la désignation de François Hollande.

Pour Nicolas Sarkozy, François Hollande aurait été choisi sans véritable conviction par les électeurs de la primaire après la sortie de route du grand favori Dominique Strauss-Kahn. Il dit :

 

"

François Hollande a été choisi par défaut, après le coup de tonnerre du Sofitel ! Les socialistes, comme sonnés, ont élu un candidat de substitution qui n’était ni le candidat de leur cœur, ni le candidat de leur raison.

"

Surtout, à en croire l’ancien chef d’Etat, la primaire du PS aurait lancé un candidat qui "n’était pas prêt pour cette échéance majeure". Un prétendant à l'Élysée "sans ligne claire", que les socialistes eux-mêmes ne "désiraient pas". Un choix dont les Français paieraient encore les conséquences aujourd’hui. Nicolas Sarkozy explique :

 

"

Il y a eu une improvisation totale. Trois ans après, les Français paient encore le prix d’un président balloté entre les écologistes, les frondeurs, les socialistes et les socailistes modpost-modernes.

"

L’ancien chef de l’Etat en est persuadé : l’exercice organisé par l’UMP permettra, au contraire de la primaire socialiste, de choisir le meilleur candidat "pour présider et pour réformer sur une ligne politique claire". Peu importe que les deux scrutins soient en grande partie similaires.

Du rab sur le Lab

PlusPlus