Prenant Bush comme modèle, Wauquiez se dit prêt à "perdre les centres-villes"

Publié à 07h18, le 05 décembre 2017 , Modifié à 07h18, le 05 décembre 2017

Prenant Bush comme modèle, Wauquiez se dit prêt à "perdre les centres-villes"
Laurent Wauquiez © AFP
Image Sylvain Chazot


Dans son storytelling parfaitement agencé, Laurent Wauquiez aime par-dessus tout se présenter comme un homme des territoires, lui qui est né à Lyon et fait ses études à Paris. Cette esquisse lui permet aujourd'hui de s'opposer à Emmanuel Macron, qui, selon lui, n'a pas "d'amour charnel pour la France" mais une "haine de la province". Demain, cela pourrait aider le président de Les Républicains – s'il est élu le 10 et 17 décembre – à surmonter une défaite aux municipales prévues en 2020.

Le positionnement très à droite de Laurent Wauquiez met à mal l'alliance historique entre l'ex-UMP et le centre-droit. En 2020, le parti Les Républicains pourrait donc aller seul à la conquête des villes, réduisant considérablement les chances du parti de s'imposer dans les grandes villes. Laurent Wauquiez le sait.

L'Opinion rapporte ce mardi 5 décembre des propos tenus par le président d'Auvergne-Rhône-Alpes, en octobre et dans lesquels il laisse entendre que, lui président de LR, les grandes villes ne seront plus forcément sa priorité :   

Elles sont un problème pour la droite. [John] Kerry allait dans les centres-villes, [George W.] Bush dans les suburbs. Kerry s’est pris une bonne raclée. Il ne faut pas avoir peur de perdre les centres-villes.

Laurent Wauquiez fait ici référence à l'élection présidentielle américaine de 2004 qui avait vu le président sortant George W. Bush l'emporter face au démocrate John Kerry. Le candidat à la présidence de Les Républicains prend pour modèle un président républicain, ce qui semble logique. Difficile cependant d'établir un parallèle correct entre l'électorat des suburbs américains et celui des banlieues et petites villes françaises.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus