Présidence de LR : France 2 propose un débat en prime time (et attend la réponse de Wauquiez)

Publié à 11h09, le 19 octobre 2017 , Modifié à 11h44, le 19 octobre 2017

Présidence de LR : France 2 propose un débat en prime time (et attend la réponse de Wauquiez)
Les journalistes Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq sur le plateau du débat d'entre-deux-tours de la présidentielle © Eric FEFERBERG / POOL / AFP
Image Etienne Baldit


INFO LAB - Comme pour les diverses primaires et la présidentielle qui ont jalonné la séquence électorale 2016-2017, l'élection pour la présidence de Les Républicains (10 et 17 décembre) aura-t-elle droit à son grand débat télévisé ? Selon les informations du Lab ce jeudi 19 octobre, France 2 est en tout cas à la manœuvre et a proposé d'organiser une joute d'1h ou à 1h30, en prime time, entre fin novembre et début décembre. Les petits plats dans les grands. D'autres médias, en particulier les chaînes d'info comme LCI, se sont également positionnées, mais France télévisions semble avoir pris l'avantage.

Car deux des quatre candidats ont déjà donné leur accord à France 2. Il s'agit des deux plus "petits" prétendants : Maël de Calan et Florence Portelli. Le grand favori, Laurent Wauquiez, attend la validation des parrainages par la Haute autorité le 26 octobre (et donc l'officialisation des candidatures) pour dire oui ou non à la proposition de la chaîne publique. Et Daniel Fasquelle, actuel trésorier de LR, se calera sur lui.

Auprès du Lab, la cheffe du service politique de France 2 Nathalie Saint-Cricq explique : "Que Laurent Wauquiez le veuille ou non, le projet existe, c'est proposé. Maintenant, c'est à lui de se déterminer." Ce n'est qu'ensuite, et en cas de réponse favorable évidemment, que les modalités concrètes d'organisation du débat seraient abordées avec la Haute autorité de Les Républicains.

Plus généralement, la journaliste qui affirme contre toute attente avoir vécu "un moment génial dont elle se souviendra toute sa vie" durant le débat d'entre-deux-tours Le Pen/Macron justifie l'intérêt d'un tel débat : "Quand Florence Portelli a proposé un débat à Laurent Wauquiez [voir plus loin, ndlr], on a trouvé ça intéressant. On a aussi vu récemment que les Français adorent encore la politique et s'y intéressent. Or la droite existe encore, il n'y a pas que Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen dans l'opposition."

C'est effectivement Florence Portelli qui a, la première, avancé l'idée d'une telle confrontation. Vendredi dernier, elle a même écrit à ses concurrents pour la leur réclamer. L'ancienne porte-parole de François Fillon durant la présidentielle écrivait :  



Bien que l'enjeu soit crucial, la campagne sera très courte. Aussi, pour permettre aux adhérents des Républicains de faire leur choix le plus clairement possible, il est nécessaire qu'ils puissent avoir connaissance des projets respectifs que nous portons et défendons. C'est pourquoi je vous propose l'organisation d'un débat public réunissant tous les candidats à la présidence du parti, dans une forme à définir entre tous les candidats et leurs équipes

Et alors que le juppéiste Maël de Calan y est lui aussi très favorable, c'est beaucoup moins le cas pour Laurent Wauquiez. Auprès du Monde ce jeudi, un de ses "proches" indique que son champion ne considère pas ce débat comme un "passage obligé". Sans doute un euphémisme pour dire qu'il aimerait bien pouvoir l'éviter, non sans raison : ancien ministre et député (et grand favori du scrutin), le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes n'a pas autant besoin que ses adversaires d'une telle exposition médiatique ; rien ne sert ici de tenter de convaincre le grand public, seuls les adhérents de LR étant appelés à voter ; autant ne pas donner la chance à ses opposants de se coaliser contre lui...

Mais si tous les autres sont partants, pourra-t-il refuser sans donner l'impression de fuir la confrontation ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus