Primaire LR : après Hervé Mariton, un autre proche de la Manif pour Tous, Philippe Gosselin, rejoint Alain Juppé

Publié à 11h36, le 04 octobre 2016 , Modifié à 11h42, le 04 octobre 2016

Primaire LR : après Hervé Mariton, un autre proche de la Manif pour Tous, Philippe Gosselin, rejoint Alain Juppé
Philippe Gosselin, député Les Républicains de La Manche. © MARTIN BUREAU / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


#TEAMJUPPE - Alain Juppé engrange les ralliements ces derniers jours. Après le patron du groupe UDI à l’Assemblée Philippe Vigier, après Hervé Mariton, qui n’a pas réussi à réunir les parrainages nécessaires pour concourir à la primaire, c’est au tour du député LR de la Manche Philippe Gosselin de rejoindre l’ancien Premier ministre. Un élu de plus dans l’équipe de campagne d’Alain Juppé étiqueté "Manif pour tous".

C’est au Scan politique du Figaro que Philippe Gosselin annonce ce ralliement mardi 4 octobre. Il explique pourquoi il a préféré suivre Alain Juppé que Nicolas Sarkozy, quelqu’un de "plus posé et qui a du fond". Il dit :

Il fait partie de ces gens à qui on ne tape pas dans le dos. Mais aujourd’hui, on a besoin de quelqu’un de posé, de quelqu’un qui est à l’écoute et qui sait tenir la barre dans les situations difficiles […] C’est un homme qui, sur la forme et sur le fond, est le plus à même, d’assurer la transition et de faire les ponts dont on a besoin. C’est du gaullisme renouvelé.

Début septembre,François Fillon a reçu le soutien de Sens Commun, un mouvement issu de la Manif pour tous et rattaché à LR. Alain Juppé, lui, compte désormais deux des plus fervents opposants parlementaires au mariage pour tous avec Hervé Mariton et aujourd’hui Philippe Gosselin. Mais pourquoi Juppé plus que Sarkozy ? Philippe Gosselin a préféré plus de "rondeur". Il dit au Scan :

Aujourd'hui, on a une société tellement fracturée, fractionnée, que l'on a besoin de quelqu'un qui rassemble, d'un peu d'apaisement et de rondeur. Avec un pôle un peu plus conservateur que nous cherchons à constituer autour de lui, sans doute pourra-t-il assurer cette transition dont on a tant besoin pour redresser le pays.

Nicolas Sarkozy, qui avaitpromis d’abroger la loi Taubira – avant d’annoncer le contraire dans son livre de retour, La France pour la vie – semble plus vraiment très crédible aux yeux de cette droite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus