Quand Julien Aubert appelle Sandrine Mazetier "madame le président", elle le rebaptise "monsieur la députée"

Publié à 16h23, le 16 janvier 2014 , Modifié à 16h50, le 16 janvier 2014

Quand Julien Aubert appelle Sandrine Mazetier "madame le président", elle le rebaptise "monsieur la députée"
Montage Photos Maxppp.
Image Thibaut Pezerat

Par

<img src="http://i.imgur.com/bf7PI2f.jpg" alt="" width="100%" height="55" />

GENDER ALERT - Certains y verront une énième illustration du machisme qui caractérise l'Assemblée nationale. D'autres y verront plutôt un échange amusant.

Mercredi 15 janvier, les députés débattent, avec Cécile Duflot, du projet de loi sur l'Accès au logement et à un urbanisme rénové. La vice-présidente PS de l'Assemblée Sandre Mazetier préside la séance. Le député UMP Julien Aubert est invité à prendre la parole.

Le député monte en tribune et commence son intervention par saluer Sandrine Mazetier, comme le veut la tradition :

Madame le président...

Ce qualificatif n'est pas du tout au goût de celle qui se trouve au Perchoir, au-dessus de lui, et qui le corrige de suite :

Madame la présidente !

Julien Aubert continue son discours sans prendre en compte la remarque de sa collègue, persiste et signe, cette fois-ci à l'adresse de la ministre Cécile Duflot :

Madame le ministre, monsieur et madame les rapporteurs, chers collègues, je ne reviendrai pas sur l’ensemble du texte...

Comme rapporté dans ce compte-rendu des débats, Julien Aubert "masculinise" la fonction de Cécile Duflot à cinq reprises. Le rapporteur du texte, Daniel Goldberg, le corrige lui aussi, lui adressant un "madame LA ministre".

Fin du discours de Julien Aubert. La réplique vient de Sandrine Mazetier, qui reprend la parole, et s'adresse ainsi à son collègue UMP :

Monsieur la députée, vous étiez la dernière oratrice inscrite. La discussion générale est donc close.

Rires dans les rangs des députés de gauche, sourire satisfait de Sandrine Mazetier. "On a les blagues qu'on peut", répond Julien Aubert en regagnant son siège. Selon le compte-rendu, le député quitte l'hémicycle dans la foulée.

Voir la vidéo :



C'est à Cécile Duflot de reprendre la parole, visiblement amusée, qui remercie la présidente de séance en lui donnant du "madame la députée". Contactée par le Lab, Sandrine Mazetier dresse le profil de Julien Aubert :

C'est un provocateur. Il aime faire 'le show', les 'coups de poing', c'est un provocateur. Ça doit faire partie de la provocation...Que des parlementaires d'un certain âge aient du mal à dire 'madame la présidente', n'aient pas le réflexe, bon... Mais que quelqu'un de la génération d'Aubert en soit encore là, c'est plus compliqué.

Du machisme ? De la "résistance culturelle" plutôt, pour Sandrine Mazetier, qui a vécu des épisodes plus durs en la matière. Les caquêtements à l'Assemblée lors de l'intervention d'une députée écologiste, les sifflets sur la robe à fleur de Cécile Duflot, sont effectivement passés par là.

(Vidéo à venir)

Du rab sur le Lab

PlusPlus