Quelques heures après les attentats à Paris, Gilbert Collard appelle à voter Marine Le Pen

Publié à 10h41, le 14 novembre 2015 , Modifié à 14h50, le 14 novembre 2015

Quelques heures après les attentats à Paris, Gilbert Collard appelle à voter Marine Le Pen

RÉCUPÉRATION – Une confirmation de plus que certains au sein du parti de Marine Le Pen entendent bien profiter électoralement du climat lié aux actions terroristes perpétrées en France, comme en janvier après Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher.

Comme Jean-Marie Le Pen qui, en pleine double-prise d’otages en janvier avait appelé à voter pour sa fille Marine Le Pen, Gilbert Collard balance sur son blog, ce samedi 14 novembre au lendemain des attaques qui ont frappé Paris, un appel au vote frontiste.

Dans ce billet cosigné avec Bernard Kuchuckian, intitulé, tout en majuscules, "IDENTITE NATIONALE MARINE AU POUVOIR VITE !", le député RBM accuse "ceux qui gouvernent directement ou par leurs idées aujourd’hui en France" d’être "des traîtres à notre nation, et à désormais nos vies".

Il y ajoute, récupérant l’horreur de la tragédie qui a fait au moins 128 morts et 300 blessés, une demande de démission du gouvernement ainsi que de François Hollande.

Et Gilbert Collard de signer ce "communiqué de presse du Collectif RBM Sécurité-Justice" d’un "Marine et les nôtres, vite au pouvoir".

En janvier, le 8 exactement, au lendemain de l’attaque de Charlie Hebdo, Wallerand de Saint Just, trésorier du FN et candidat du parti frontiste aux régionales en Ile-de-France, évoquait déjà un possible impact électoral en faveur de Marine Le Pen.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> ÉDITO - L'indécence des réactions politiciennes à chaud  

> Attaques à Paris : François Hollande annonce l'état d'urgence et la fermeture des frontières  

> Attentats de Paris : le NPA "refuse l'union nationale" et "demande la levée de l'état d'urgence"  

 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Attaques multiples à Paris : ce qu'il faut savoir  

> Attentats à Paris : des attaques menées sur 6 points différents 

> La France en état d’urgence, une mesure rarissime 

Du rab sur le Lab

PlusPlus