Rafraîchissons la mémoire de l'élue FN Sophie Montel pour qui Marine Le Pen et Marion Le Pen n'ont jamais parlé d'IVG "de confort"

Publié à 12h31, le 05 mai 2016 , Modifié à 12h42, le 05 mai 2016

Rafraîchissons la mémoire de l'élue FN Sophie Montel pour qui  Marine Le Pen et Marion Le Pen n'ont jamais parlé d'IVG "de confort"
Marine Le Pen et Sophie Montel © AFP

Sophie Montel se veut le chantre du féminisme au sein du Front national, ce qui n'est pas forcément facile dans un parti où certains souhaitaient par exemple supprimer les subventions régionales au planning familial. Après un discours remarqué à l'occasion du banquet frontiste du 1er mai, l'eurodéputée FN persiste et signe ce jeudi 5 mai dans un entretien accordé à Causeur.

L'ancienne tête de liste pour les régionales en Bourgogne-Franche-Comté répète que "le droit à l’IVG et à la pilule sont des acquis que les femmes ont obtenu au même titre que le droit de vote". Puis, interrogée sur l'expression "avortement de confort" utilisée par certains pontes du parti, Sophie Montel répond :

"

Je n’ai jamais entendu Marine et Marion Le Pen parler d’'avortement de confort', si ce n’est pour faire référence à un article de presse. Sincèrement, je ne sais pas ce qu’est un 'avortement de confort'. Avorter est un acte grave, mûrement réfléchi, qui se fait de manière assez encadrée avec un délai de réflexion, en deçà d’un certain temps de grossesse, etc. Je ne pense pas que beaucoup de femmes se fassent avorter la fleur au fusil !

 

"

Allons bon. Sophie Montel assure n'avoir "jamais entendu Marine et Marion Le Pen parler d’'avortement de confort', si ce n’est pour faire référence à un article de presse" ? Ce trou de mémoire est étonnant. Mais Le Lab aimant rendre service, voici au moins quatre moments où Marine Le Pen ou Marion Maréchal-Le Pen ont utilisé ces termes.

#8 mars 2012 : Marine Le Pen sur France 2

Candidate à l'élection présidentielle, Marine Le Pen parlait bien d'avortement de confort. Invitée des 4 Vérités à l'occasion de la journée des droits des femmes, elle disait :

"

L'avortement de confort, qui est un terme qui a scandalisé tout le monde, qui est pourtant un terme utilisé par les médecins, semble se multiplier. Ce qu'on appelle les avortements répétitifs, c'est-à-dire deux fois, trois fois… Il y avait une femme sur dix il y a dix ans, il y en a deux sur dix aujourd'hui qui se servent de l'avortement comme d'un véritable moyen contraceptif.

 

"

La présidente du FN expliquait ne pas vouloir "interdire l'avortement", mais "mettre fin à des abus".

À voir ci-dessous en vidéo :


Avortement : Marie Le Pen récidive

#5 avril 2012 : Marine Le Pen à Sciences-Po

Lors du Forum ELLE/Sciences Po à Paris, la candidate FN à l'Élysée avait persisté sur "les avortements de conforts", précisant à nouveau que le terme est utilisé par des médecins.  

Elle disait :

"

Ce sont les femmes qui utilisent l'avortement comme un moyen de contraception, il y a des femmes qui font deux, trois, parfois quatre avortements. Ça existe ! Pourquoi se cacher la réalité ?

 

"

#11 octobre 2012 : Marion Maréchal-Le Pen sur Le Mouv

La néo-députée du Vaucluse était interrogée, sur la radio Le Mouv, au sujet de l'IVG. L'élue frontiste expliquait vouloir "dérembourser" les avortements "pour "responsabiliser les femmes". Marion-Maréchal–Le Pen s'était alors vu demander si, selon elle, il existe "des avortements de confort". Et voici sa réponse à l'époque :

 

"

Je pense oui. Oui, en effet. Mais je pense que c'est extrêmement minoritaire. Il ne faut pas non plus en faire état. Mais je pense que ce n'est pas à l'État de rembourser  parfois une inattention de certaines femmes alors qu'aujourd'hui on a quand même les moyens de faire attention. [...] Ce n'est pas à l'Etat de réparer les inattentions des femmes. Je pense qu'aujourd'hui c'est facile.

"

#2 novembre 2012 : Marine Le Pen sur KTO

Quelques mois après l'élection présidentielle, Marine Le Pen revenait sur ses mots à propos de l'avortement. Elle le faisait cette fois sur la chaîne chrétienne KTO :

 

"

Durant la campagne présidentielle, j'ai dit que je considérais qu'il fallait effectivement supprimer le remboursement de ce que certains ont appelé 'des avortements de confort', ce qui a fait hurler un certain nombre, et qui sont ces avortement, répétitifs, utilisés par un certain nombre de femmes comme un moyen de contraception.

"

À voir en vidéo ci-dessous à partir de 1'01"

Du rab sur le Lab

PlusPlus