Traité européen : la "solution hollandaise"

Publié à 16h19, le 29 août 2012 , Modifié à 16h21, le 29 août 2012

Traité européen : la "solution hollandaise"
L'Assemblée nationale, le 26 juin 2012. (Maxppp)
Image Sébastien Tronche

Par

ILLUSION – "On gâche la réussite quand on est pris en flagrant délit de manque d’unité ou de cohérence." Dans Paris Match, Bruno Le Roux, patron des députés socialistes, montre son désarroi face aux velléités de l’aile gauche du PS de ne pas voter le traité européen. Mais l’Elysée semble avoir trouvé la solution.

  1. 1

    "Leur solution est convenable"

    Comment faire adopter le traité européen à l’Assemblée nationale en maquillant les divisions entre le gouvernement et l’aile gauche du PS, qui clame qu’elle votera contre ce traité comme l’a promis Razzy Hammadi

    Selon Paris Match, l’Elysée aurait trouvé la solution pour donner l’illusion d’une majorité unie : à savoir, diluer le vote sur le traité européen parmi d’autres scrutins publics, soumis aux députés le même jour. 

    En tout, quatre votes devraient avoir lieu, comme le rapporte "un conseiller élyséen" dans l’hebdomadaire :

    Une déclaration sur l’Europe du Premier ministre, le traité, une loi organique de finances publiques et un projet de loi de programmation de celle-ci.

    Ainsi l’illusion d’une majorité cohérente et unie derrière le gouvernement sera garantie. Tout en assurant la liberté de vote des proches de Benoît Hamon, soit une quarantaine de parlementaires. Une liberté de vote "qui agace Matignon", selon Libération.

    "Hamon doit trouver un terrain où faire atterrir ses troupes", explique au quotidien un "proche d’Ayrault".

    Néanmoins, cette solution d’un quadruple vote des députés semble convenir à cette aile gauche rebelle. "La déclaration d’Ayrault, je la voterai avec les deux mains", affirme Jérôme Guedj, député de l’Essonne hostile au traité. Et cet ancien assistant parlementaire de Jean-Luc Mélenchon d’ajouter : 

    Leur solution est convenable. Elle est très hollandaise ! 

     

Du rab sur le Lab

PlusPlus