VIDÉO - Éric Ciotti "ignorait totalement" que "l'agent chinois" rencontré par Macron avait travaillé pour l'UMP

Publié à 14h15, le 20 avril 2017 , Modifié à 14h17, le 20 avril 2017

VIDÉO - Éric Ciotti "ignorait totalement" que "l'agent chinois" rencontré par Macron avait travaillé pour l'UMP
Éric Ciotti à ".pol", jeudi 20 avril 2017 © DR
Image Etienne Baldit


C'était un exemple typique d'arroseur arrosé. Le 2 avril, Éric Ciotti s'en prenait vertement à Emmanuel Macron pour avoir rencontré un "agent chinois" en la personne de Jacques Sun, président du Conseil représentatif des associations asiatiques de France (CRAAF), lors de sa rencontre avec la famille de Liu Shaoyao, un ressortissant chinois tué par un policier de la BAC fin mars. Sauf que ce même Jacques Sun avait par le passé été... chargé de mission pour ce qui s'appelait encore l'UMP. Il a aussi récemment participé à plusieurs réunions de campagne au QG de François Fillon. Boulette, donc.

Interrogé à ce sujet jeudi 20 avril dans .pol, la webémission du Lab en partenariat avec Linternaute.com, Le Huffington Post et Le JDD, Éric Ciotti "assume" totalement sa réaction à ce sujet, la défendant par l'existence d'une note de la DGSI révélée par Le Parisien à l'époque et présentant Jacques Sun comme un espion à la solde de Pékin. "Au courant des soupçons", l'entourage d'Emmanuel Macron avait assumé la rencontre avec cet homme, justifiée par son statut de représentant de la communauté asiatique.

Ce jeudi, Éric Ciotti s'explique sur ce qui ressemble tout de même à un bon gros fail :

Monsieur Sun a sans doute occupé des fonctions à l'UMP mais nous n'avions pas, à l'époque, été alertés par les services de renseignement sur son profil. Ce qui était choquant dans l'affaire, c'est que la DGSI transmet à l'équipe de campagne de monsieur Macron, avant qu'il ne reçoive monsieur Sun, des éléments disant 'attention', et que monsieur Macron n'en tient pas compte. [...] C'était un élément factuel, s'il y a réellement cette note de la DGCSI comme le prétend 'Le Parisien', avoir reçu monsieur Sun après avoir eu connaissance de cette note était une erreur.

Mais savait-il, au moment de l'écriture de son tweet, que Jacques Sun avait travaillé pour l'UMP par le passé ? "Non, je l'ignorais. Je l'ignorais totalement", concède le député des Alpes-Maritimes et fervent soutien de François Fillon. Cela aurait peut-être mérité une petite vérification...

Une séquence à revoir en vidéo :





Du rab sur le Lab

PlusPlus