VIDÉO - Le député Luc Carvounas annonce sa candidature à la "reconstruction" du PS

Publié à 16h56, le 12 novembre 2017 , Modifié à 17h32, le 12 novembre 2017

VIDÉO - Le député Luc Carvounas annonce sa candidature à la "reconstruction" du PS
Luc Carvounas, député Nouvelle gauche. © AFP
Image Loïc Le Clerc


Pendant que, chez Les Républicains, Laurent Wauquiez a les "bolas grosses comme ça" pour prendre la tête de son parti, au Parti socialiste, chacun se regarde en chiens de faïence.

Jusqu'à ce dimanche, la règle était la suivante : le premier qui lève la main, on le shoote, disait-on dans l'entourage de Luc Carvounas, député PS. Et c'est pourtant bien Luc Carvounas qui a levé la main.

Invité de France 3 Paris Île-de-France ce dimanche, le député Nouvelle gauche lance :

Je suis candidat à pouvoir participer à la reconstruction de cette famille. Je l'ai dans les tripes, c'est mon histoire. [...] Notre salut à tous, dans le Congrès à venir, sera de dire : 'Est-ce qu'on a envie de vivre ensemble ? Sur quelle ligne politique on veut se porter ?' Il y aura une minorité, il y aura une opposition, mais ceux qui seront à la tête de ce parti auront la lourde responsabilité de dialoguer avec les minorités.

Un passage isolé par France 3 à voir ci-dessous :



Contacté par le Lab, Luc Carvounas nuance sa *candidature* :



- le Lab : Vous êtes candidat pour prendre la tête du PS ?

- Luc Carvounas : C'est pas tout à fait les mots que j'ai employés.

- le Lab : Vous êtes candidat à la candidature ?

- Luc Carvounas : Je dirai dans quelques temps si je me lance dans un Congrès, qui ne doit pas être une bagarre mais un moment de débat. On ne se déclare pas candidat au poste de Premier secrétaire en claquant des doigts.


Sur France 3, Luc Carvounas assure également qu'il "travaille" à "définir un corpus commun" des sociaux-démocrates sur les grands thèmes de société qu'il égraine : les services publics, la question des migrants, la transition énergétique. Toutes ses réflexions seront publiées début 2018 "dans un ouvrage".

Il n'y a plus qu'à attendre de voir qui va lui tirer dessus le premier. Et Luc Carvounas a déjà sa petite idée. Il déclare au Lab :

Je vois la tentation de quelques-uns de voir perdurer ce que Jean-Christophe Cambadélis a installé au moment de sa démission : une direction collégiale. Elle fait son travaille comme il faut pour préparer le Congrès mais à partir du mois de mars il faut un patron ou une patronne, avec une équipe. On peut pas rester dans une forme de ventre mou face à Laurent Wauquiez, Marine Le Pen et Christophe Castaner. [...] Je sens encore une tentation de quelques apparatchiks de faire en sorte qu'aucune tête ne dépasse. Si, il faut que des têtes dépassent ! Il faut l'assumer d'avoir un patron ou une patronne pour reconstruire. Si on reste dans cette bouille socialiste… Si Macron est là où il est aujourd'hui, c'est parce qu'il a eu le courage d'avancer.

Fin octobre, le patron des députés socialistes Olivier Faure portait un message de renouvellement des personnes pour refonder le PS, sans jamais rien dire de ses ambitions personnelles. Ce dernier avait cependant expliqué que la jeune génération du PS se retrouverait "avant le Congrès" pour décider "ensemble celui ou celle qui permettra d'incarner de la meilleure façon qui soit cette partie-là de la gauche réformiste et démocratique".

Et Olivier Faure d'évoquer quelques noms : Najat Vallaud-Belkacem, Carole Delga, Guillaume Bachelay ou encore Boris Vallaud et Delphine Batho. Mais pas Luc Carvounas qui, de toute façon, ne "souscrit pas du tout à cette méthode" :



Il parle des amis avec qui il déjeune tous les quinze jours, une petite quinzaine d'élus, ce n'est pas un petit groupe fermé qui doit décider de la fumée blanche et du candidat. Les seuls habilités à choisir leur destin, ce sont les militants.

Le Congrès du PS doit se tenir en mars 2018. À cette occasion, un Premier secrétaire sera élu pour remplacer l'actuelle direction collégiale composée de 28 membres depuis la fin du mois de septembre.

Du rab sur le Lab

PlusPlus