VIDÉO – Le porte-parole de LR veut en finir avec la 5e République et un Président qui se prend "pour un demi-dieu"

Publié à 09h37, le 04 août 2017 , Modifié à 09h40, le 04 août 2017

VIDÉO – Le porte-parole de LR veut en finir avec la 5e République et un Président qui se prend "pour un demi-dieu"
Guillaume Larrivé. © Capture d'écran BFMTV.
Image Sébastien Tronche


Et un partisan de plus pour une 6e République, un.

Pendant la campagne présidentielle, seuls deux candidats voulaient achever la 5e République, mise en place en 1958 par le général de Gaulle, pour installer une 6e République avec une nouvelle Constitution : Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Deux candidats bien à gauche. A droite, surtout au sein du parti gaulliste incarné par LR et, alors, François Fillon, il était inconcevable de remettre en cause ce régime. Ce que fait pourtant aujourd’hui le sarkozyste Guillaume Larrivé.

Car deux cinglantes défaites électorales sont depuis passées par là, à la présidentielle et aux législatives, et LR est sur le point de changer radicalement d’avis. Surtout avec la présidentialisation extrême du système par Emmanuel Macron qui se fait plaisir avec les atours monarchiques du chef de l’Etat français. "La présidence d’Emmanuel Macron amplifie les inconvénients du système présidentialiste français", affirme le député LR ce vendredi 4 août – jour anniversaire de l’abolition des privilèges de l’Ancien régime – qui dénonce un système qui donne "la toute-puissance" au chef de l’Etat, plus encore depuis l'instauration du quinquennat et l'inversion du calendrier électoral :

On arrive au bout d’un cycle institutionnel. Depuis 20 ans, la 5e République, sous l’effet du quinquennat, est en train de s’affaiblir sous l’effet d’une illusion : la toute-puissance du président de la République. Il faut réfléchir à une autre pratique des institutions.

Ainsi celui qui est aussi porte-parole de LR d’en appeler à une 6e République. Oui, oui, ceci est une révolution au sein de la droite républicaine française. Guillaume Larrivé poursuit :

J’appelle la droite française à préparer les conditions d’une 6e République, d’un fonctionnement démocratique différent. Au-delà du numéro, il faut parler du contenu. Ce que je mets dedans : un système politique avec plus de liberté et d’efficacité et une certaine modestie de l’exercice du pouvoir. Je ne crois pas à l’idée que, tous les cinq ans, on devrait élire le sauveur ayant toutes les solutions à tous les problèmes.

Cette critique de la 5e République pousse même Guillaume Larrivé à remettre en cause l’un de ses fondements, voulu en 1962 par le général de Gaulle : l’élection du chef de l’Etat au suffrage universel direct, donnant cette illusion du sauveur, de l’homme providentiel. "Il faut s’interroger sur les pouvoirs du président de la République, sur la durée de son mandat, sur les conditions de son élection", reconnaît ce proche de Brice Hortefeux, également ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Élysée. Aussi ajoute-t-il :

Je plaide pour un système où on ait d’abord l’élection des députés à l’Assemblée nationale sur leur nom, sur des idées. Et le choix, parmi l’Assemblée nationale, d’un Premier ministre avec de vrais ministres qui font le job.

Et de conclure, critique désormais envers la figure présidentielle :

Le président de la République se prend pour un demi-dieu et du coup étouffe le chef du gouvernement. 

Un passage à voir en vidéo ci-dessous, isolée par BFMTV :



Du rab sur le Lab

PlusPlus