Quand Jean-Marc Ayrault voulait supprimer la fonction de Premier ministre

Publié à 16h50, le 01 décembre 2012 , Modifié à 17h02, le 01 décembre 2012

Quand Jean-Marc Ayrault voulait supprimer la fonction de Premier ministre
Image Sébastien Tronche

Par

VIDEO DE LA SEMAINE - Chaque semaine, le Perchoir exhume des archives de l’INA une vidéo oubliée ou méconnue. Aujourd’hui, un portrait de 1987 consacré à Jean-Marc Ayrault.

 

Dans ce sujet de France 3 Pays de la Loire, le journaliste présente les idées politiques de Jean-Marc Ayrault, alors député et maire de Saint-Herblain. Ce "mitterrandiste", qui souhaite voir François Mitterrand se représenter en 1988, est "partisan d’une réforme de la constitution" : "mandat présidentiel à cinq ans", "suppression de la dualité au niveau de l’exécutif" et rôle renforcé du Parlement.

  1. 1

    "Il n’y aura plus de Premier ministre"

    Dans cette vidéo de 1987, repérée par la Parisienne libérée sur Mediapart, France 3, qui reçoit Jean-Marc Ayrault dans son émission "Face à la presse" où le maire de Saint-Herblain et député socialiste est confronté aux journalistes politiques de la région, consacre en ouverture (à partir d’un minute cinquante environ) un portrait à ce socialiste de 37 ans, "l’un des hommes politiques en pleine ascension dans le département de Loire Atlantique".

    Le portrait qui lui est consacré dresse ce qui est alors sa doctrine politique. Le journaliste explique :

    A l’occasion de l’élaboration de la plateforme socialiste pour ces présidentielles (de 1988, ndlr), il considère que certaines propositions sont timides et insuffisantes. Il faut, souligne-t-il, gagner la bataille de la croissance […]Sur le plan des institutions, le maire de Saint-Herblain est partisan d’une réforme de la constitution : mandat présidentiel à cinq ans, et surtout, suppression de la dualité au niveau de l’exécutif.En clair, le président doit diriger les affaires du pays. Il n’y aura plus de Premier ministre. Le parlement verra son rôle de contrôle considérablement renforcé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus