39 heures : opération démenti au gouvernement

Publié à 09h31, le 30 octobre 2012 , Modifié à 09h56, le 30 octobre 2012

39 heures : opération démenti au gouvernement
(Maxppp - RTL)

Jean-Marc Ayrault a ouvert une boite de pandore. Dans un entretien avec des lecteurs du Parisien, le chef du gouvernement admet que le retour aux "39 heures payées 39" est un thème qui "fera débat". 

"Mais pourquoi pas. Il n'y a pas de sujet tabou. Je ne suis pas dogmatique", assure le Premier ministre.

La phrase est lâchée, il n'en faut pas plus pour déclencher une avalanche de réactions. A commencer par les démentis des membres gouvernement quant à un quelconque retour sur les 35 heures. 

>>> DÉMENTI FORCE 10 

Le démenti le plus fort vient … du Premier ministre lui-même. L'incendie est en route, Jean-Marc Ayrault joue les pompiers express pour l'éteindre au plus vite sur France Info, par téléphone. "C'est pas un débat qui relancé", indique-t-il. 

"Un lecteur du Parisien, dans un débat [...] me pose cette question. Je dis : "il n'y a pas de question tabou". Simplement, ca n'est pas le point de vue du gouvernement. Il n'est pas question de revenir sur les 35 heures. "

> A lire : Jean-Marc Ayrault dément Jean-Marc Ayrault 

>>> DÉMENTI FORCE 8 

Si Jean-Marc Ayrault met son costume de pompier, Michel Sapin enfile celui du boucher, sur RTL : "il faut couper la tête du canard qui est en train de s’envoler." Dans la bouche du ministre "le canard" tient le rôle de l'information qui se propage. 

Avec cette métaphore, le ministre du Travail livre sa propre lecture de la sortie remarquée de Jean-Marc Ayrault sur les 35 heures. Selon Michel Sapin, le Premier ministre n’a remis en cause les 35 heures. De son côté, il reste ferme sur cette mesure phare de la gauche :  

 "Il ne faut pas supprimer les 35 heures."

Sur le "débat", Michel Sapin donne aussi son interprétation des propos de Jean-Marc Ayrault : 

 "Ce que dit le Premier ministre : si vous voulez que le débat ait lieu, il aura lieu. Le débat a lieu." 

> A lire : Michel Sapin : "Il ne faut pas supprimer les 35 heures" 

>>> DÉMENTI FORCE 4

Laurent Fabius apporte un démenti plus léger à Jean-Marc Ayrault, sur France 2. Lui souhaite surtout préciser qu'il est aux côtésdu  Premier ministre mais ne s'engage pas sur le fond. Il remet en question l'interprétation qui est faite des mots du chef du gouvernement : 

J'ai lu son interview dans le Parisien, je ne l'ai pas lu exactement comme ça. Il dit qu'il n'est pas favorable à cette mesure.

Jean-Marc Ayrault a dit qu'il y aura un débat ? En bon élève, Laurent Fabius repète qu'il y "aura surement un débat" : 

Je ne vais pas me lancer dans ce débat, il y aura surement un débat compte tenu de ce qui a été écrit mais essayons de nous centrer sur ce qui est essentiel en matière de compétitivité. 

>>> DÉMENTI FORCE 0,5

Prudent, Jean-Yves Le Drian préfère contourner les questions du journaliste sur France Inter. Sur les 39 heures ? Le ministre de la Défense ne s'exprime pas. Sur l'ouverture d'un débat ? Idem. 

Le patron des Armées renvoie le journaliste au calendrier officiel. Le Premier ministre s'exprimera sur la compétitivité le 6 novembre, Jean-Yves Le Drian propose donc d'attendre cette date : 

Concernant la compétitivité, le Premier ministre va annoncer le 6 novembre un dispositif, nous en reparlerons le 6 novembre.

Je suis du côté du ministère de la Défense, sous l'autorité du Premier ministre, il s'exprimera le 6 novembre là dessus, vous verrez l'orientation qu'il prendra. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus