La colère de David Douillet après les accusations de financement du "lobby LGBT"

Publié à 18h59, le 25 février 2015 , Modifié à 19h11, le 25 février 2015

La colère de David Douillet après les accusations de financement du "lobby LGBT"
David Douillet est très énervé. © AFP

Pour David Douillet, la "coupe qui était déjà bien pleine a débordé", mercredi 25 février. Sur son blog, l'ancien judoka et ministre des sports du gouvernement Fillon, très énervé, se défend d'avoir financé "le lobby LGBT" en accordant une partie de sa réserve parlementaire au Refuge, une association de soutien et d'hébergement aux jeunes homosexuels rejetés par leur famille. Le député UMP affirme avoir voulu simplement "venir en aide à des jeunes en rupture familiale" et dénonce une polémique attisée par le quotidien d'extrême-droite Minute. Ce serait un coup de téléphone, passé directement à son bureau à l'Assemblée nationale qui aurait déclenché cette colère. L'élu des Yvelines raconte:

 

Ce matin, un homme a téléphoné à mon bureau, à l’Assemblée nationale, pour se scandaliser que je finance "le lobby LGBT". Il avait lu sur le Salon Beige [un blog proche de l'extrême droite: ndlr], qui rapportait un article de Minute, que j’avais financé sur ma réserve parlementaire l’association Le Refuge.

Pour l'ancien secrétaire d'Etat chargé des Français de l'étranger, plus habitué aux procès en sexisme et en homophobie qu'aux accusations de soutien à la "cause LGBT" depuis la sortie de son livre "L'âme du conquérant", où il affirmait en 1998 que "tous les hommes sont misogynes, sauf les tapettes", c'est la polémique de trop. "Depuis des années, je reçois, régulièrement, des mails ou des messages via les réseaux sociaux, me couvrant d’injures", note le député. "Mes collaboratrices et mes collaborateurs ont appris à lire ces courriers, et à répondre à ces appels téléphoniques en gardant leur sang-froid, en expliquant à leurs interlocuteurs la vérité de ce que je suis". Mais être accusé de financer le "lobby LGBT", cela ne passe pas:

 

Parce que j’ai choisi de venir en aide à des jeunes en rupture familiale, dont certains ont été jetés à la rue par des parents ne supportant pas leur homosexualité, dont certains ont déjà tenté de se donner la mort tellement leur souffrance était grande, alors pour cela, on vient maintenant me taxer de "financer le lobby LGBT" ?!!

Le député qui maintient son soutien à l'association, dénonce un l'amalgame fait entre une association qui "vient en aide aux jeunes homosexuels" et les lobbys qui prônent des "évolutions du mariage ou de la procréation qui risquent de [...] destabiliser, à [son] sens la société". L'élu rappelle d'ailleurs son engagement de tous les instants contre de telles évolutions lors des débats qui se sont tenus au Parlement:

 

Pauvre France, dont les enfants ne savent même plus distinguer un lobby qui milite pour des changements, que j’ai combattus, des heures et des heures, des nuits et des nuits à l’Assemblée (mariage homosexuel, PMA, GPA…) d’une association qui vient au secours de ceux dont la vie même est en danger.

Du rab sur le Lab

PlusPlus