Affaire Bygmalion : Jean-François Copé invente la "disponibilité sous scellés"

Publié à 09h36, le 26 mai 2014 , Modifié à 09h36, le 26 mai 2014

Affaire Bygmalion : Jean-François Copé invente la "disponibilité sous scellés"

INSTANT TV - Après la transparence sous scellés, "la disponibilité sous scellés". "J’assume les choses dont je suis informé", assure Jean-François Copé ce lundi 26 mai, au lendemain des élections européennes, insistant sur le fait qu’il "ne savait rien du tout" sur l’affaire Bygmalion, la société de communication fondée par deux de ses amis, soupçonnée d'avoir surfacturé des prestations commandées par l'UMP. Et qu’il attendait les conclusions des enquêtes de justice.

Invité de BFM TV ce 26 mai, le président de l’UMP, qui, selon Le Figaro, a vu Nicolas Sarkozy vendredi 23 mai, a eu, sur cette affaire, un échange ubuesque avec Jean-Jacques Bourdin, inventant du même coup la "disponibilité sous scellés".

"Affaire Bygmalion : avez-vous un document précisant toutes les sorties comptables de l’UMP en direction de la société Bygmalion et de ses filiales entre le 1er janvier 2012 et le 30 juin 2012 ?" lui demande le journaliste. "Par définition, l’UMP a tout ce qui touche à sa comptabilité…", commence par répondre Jean-François Copé avant d’être relancé sur le fait de savoir s’il avait "eu ce document".

Et le député et maire de Meaux de répliquer :

Moi personnellement non. Qu’est-ce que j’ai aujourd’hui ? Je rappelle que la comptabilité, à ma demande, a été mise sous scellés. Tous les éléments sont disponibles mais une bonne partie d’entre eux est sous scellés.

"Ces éléments sont disponibles mais ils sont sous scellés ?" reprend alors Jean-Jacques Bourdin avant que Jean-François Copé ne bafouille :

Quand je dis disponible… Non, mais attendez… Ils sont sous scellés pour une bonne part d’entre eux.

"Donc ils ne sont pas disponibles ?" insiste l’intervieweur de BFM TV. S’en suit alors ce bref échange :

- Jean-François Copé : Oui, vous jouez sur les mots.
- Jean-Jacques Bourdin : Mais quand c’est sous scellés, ce n’est pas disponible.
- Jean-François Copé : Oui, d’accord. Ok.

Portera-t-il plainte contre X, comme l’affirme Europe 1 ? Jean-François Copé préfère réserver sa réponse pour le bureau politique de l’UMP prévu mardi 27 mai, assurant désormais qu’il a "des interrogations".

Du rab sur le Lab

PlusPlus