Alain Lamassoure ne se lasse plus d’imiter Valéry Giscard d’Estaing

Publié à 18h07, le 08 mai 2014 , Modifié à 18h09, le 08 mai 2014

Alain Lamassoure ne se lasse plus d’imiter Valéry Giscard d’Estaing
Alain Lamassoure à Meaux (Captures d'écran France Télévisions)

COMIQUE DE RÉPÉTITION – Alain Lamassoure aime bien imiter Valéry Giscard d’Estaing. Il l’avait déjà prouvé le vendredi 2 mai, au micro d’Europe 1. Il a récidivé mercredi 7 mai, à l’occasion d’un meeting pour les européennes à Meaux.



Monsieur le maire, cher Jean-François, mesdames messieurs les députés, les sénateurs, mesdames messieurs les élus, je vous remercie de m’avoir invité à participer à cette soirée sur l’Europe. Et en particulier, je vous demanderai d’applaudir mon ancien collaborateur Alain Lamassoure.  

Le tout sous les yeux, hilares, de Valérie Pécresse.

L’initiative n’est pas venue de la tête de liste UMP en Île-de-France pour les européennes mais de Jean-François Copé. À la tribune, il a invité Alain Lamassoure à démontrer, une nouvelle fois, son talent d’imitateur de l’ancien président de la République :

Indépendamment de ta très grande compétence, dans tout le circuit politique français, tu étais le meilleur imitateur de Valéry Giscard d’Estaing. Si tu as besoin d’appuyer la force de ta démonstration en rappelant aux plus jeunes d’entre nous cette voix que nous ne pouvons pas oublier, vraiment n’hésite pas, c’est quand même toujours un moment très pédagogique.

Dont acte pour Alain Lamassoure, qui avait déjà étalé son talent sur Europe 1, le 2 mai. Invité de la matinale, il a débuté son interview par une imitation surprise de VGE. "Bonjour, je vous remercie cher monsieur Elkabbach d'avoir invité Alain Lamassoure", a-t-il lancé en reprenant la voix de l’ancien président.

Invité d’Europe 1 jeudi 8 mai, Valéry Giscard d’Estaing a écouté la prestation d’Alain Lamassoure à Meaux. L’ancien chef de l’État n’a pas voulu dire si son ancien collaborateur l’imitait bien. "C’est à vous de le dire. Je ne fais pas dans l’auto-imitation", a-t-il dit. 



Du rab sur le Lab

PlusPlus