Jean-Marie Le Pen promet à Fatima Allaoui un accueil "avec beaucoup de sympathie et de chaleur" au FN

Publié à 09h36, le 18 décembre 2014 , Modifié à 12h07, le 18 décembre 2014

Jean-Marie Le Pen promet à Fatima Allaoui un accueil "avec beaucoup de sympathie et de chaleur" au FN
Jean-Marie Le Pen et Fatima Allaoui © Montage Le Lab via Maxppp

"PATRIOTES DE TOUS LES PARTIS..." - Le Front national recrute tous azimuts. À l'UMP, à l'UDI... Toute prise de guerre est bienvenue. Surtout lorsque les éventuelles recrues ont déjà un pied dans le giron frontiste. C'est le cas de Fatima Allaoui, récemment nommée secrétaire nationale de l'UMP avant d'être déchue de ses fonctions quatre jours plus tard en raison de sa proximité avec le Siel, micro-parti rattaché au Rassemblement bleu marine et donc proche du FN. Si elle n'a pas été exclue du parti, elle a décidé de ne pas renouveler son adhésion à la fin de l'année. 

Sans plus tarder, le parti d'extrême droite se propose donc de l’accueillir officiellement dans ses rangs. Après Florian Philippot lundi 15 décembre, c'est au tour de Jean-Marie Le Pen de faire une offre à la conseillère régionale de Languedoc-Roussillon. Dans son journal de bord mis en ligne mercredi 17 décembre, le président d'honneur du Front national vante la "sympathie" et la "chaleur" avec lesquelles Fatima Allaoui serait reçue dans la famille frontiste :

Je pense qu'elle devrait venir au Front national, plutôt que d'aller s'égarer dans les couloirs adjacents, ça serait bien plus simple et elle sera accueillie avec beaucoup de sympathie et de chaleur.

Des "couloirs adjacents" qui ne peuvent que faire écho au célèbre "les Français préféreront toujours l'original à la copie", prononcé il y a plus de vingt ans.

De son côté, la principale intéressée n'a pas masqué qu'elle était plutôt ouverte à l'idée lancée par Florian Philippot : "Si sa proposition est sérieuse, je l'étudierai", expliquait-elle mardi. Rebelote jeudi 18 décembre dans une interview à Midi Libre (article payant) :

Quand ce que vous pensiez être votre famille politique vous traite de la sorte, cela fait vraiment du bien de voir qu'il y a des personnes prêtes à vous aider. Après, je l'ai dit et je le redis : je n'ai rien décidé.



[...] Tout dépend ce qu'il me propose. Mais il est certain que je préfère les gens qui me tendent la main à ceux qui me crachent dessus. Je suis prête à accepter tous ceux qui voudront bien m'aider.

Plus par opportunisme qu'en raison d'une véritable communauté d'idées avec le parti de Marine Le Pen ? Pas si sûr. Au Midi Libre, Fatima Allaoui explique encore "qu'il y a des gens beaucoup plus fréquentables au FN qu'à l'UMP de Béziers". Avant de conclure, s'assurant que tout cela soit bien clair pour tout le monde :

Je suis ravie de m'être fâchée avec l'UMP sur ces valeurs-là. Celles du patriotisme. Si le projet de l'UMP est d'aller draguer le centre, cela ne m'intéresse plus.

Du rab sur le Lab

PlusPlus