Attentats : pour le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, la présidence normale, c’est fini

Publié à 07h18, le 21 janvier 2015 , Modifié à 07h18, le 21 janvier 2015

Attentats : pour le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, la présidence normale, c’est fini
Claude Bartolone et François Hollande. © Dominique Faget / AFP.

François Hollande avait fait campagne sur le thème de la présidence "normale". Un adjectif et un concept qui lui a été à plusieurs reprises reproché depuis son entrée en fonction. Mais ce débat est fini, estime Claude Bartolone au Point.

Pour le président de l’Assemblée nationale, la gestion des événements post-attentats terroristes à Paris a changé la stature de François Hollande, achevant la présidence "normale". Claude Bartolone assure ainsi :

"

Le jour de l'attentat à Charlie Hebdo, on en a fini avec la présidence normale et on est entrés dans la présidence extraordinaire.

"

"On en a fini avec la Vespa et le casque ; désormais, le président incarne la nation, il est le chef des armées", poursuit le député PS de Seine-Saint-Denis, régulièrement présenté comme Premier ministrable.

Un enterrement de la "normalité" à l’Elysée qui discrédite, selon Claude Bartolone, les attaques de Nicolas Sarkozy contre François Hollande. "Nicolas Sarkozy voulait disqualifier François Hollande sur ce qu’il était, en disant qu’il n’était pas à la hauteur", dit-il, estimant que la "stratégie" de l’ancien chef de l’Etat était désormais "fichue" :

"

Sa stratégie de l’homme providentiel qui revenait sur les décombres, sur les ruines de François Hollande, est fichue.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus