Bruno Le Roux dénonce "la forme de vulgarité" de Nicolas Sarkozy "dans la façon de faire de la politique"

Publié à 09h27, le 02 décembre 2014 , Modifié à 11h13, le 02 décembre 2014

Bruno Le Roux dénonce "la forme de vulgarité" de Nicolas Sarkozy "dans la façon de faire de la politique"
Bruno Le Roux à l'Assemblée nationale. © Thomas Padilla/MaxPPP.

DÉJÀ-VU - Non, Nicolas Sarkozy n’a pas changé. C’est ce qu’assure ce mardi 2 décembre Bruno Le Roux. Invité de France Inter, le patron des députés socialistes estime qu’il est "difficile de s’enthousiasmer pour quelque chose que l’on a déjà vu". Et de développer :

Un retour sans rien de nouveau. Le même énervement. Cette même forme de vulgarité dans la façon de faire de la politique.

"Nicolas Sarkozy n’a pas changé et c’est pour cela qu’il y a peu d’enthousiasme", ajoute encore le député PS de Seine-Saint-Denis et fidèle de François Hollande.

"Et pourtant." Bruno Le Roux, à l’instar d’un François Rebsamence 2 décembre sur Europe 1, veut croire que l’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP est une bonne nouvelle. Non pas pour le PS, comme l’avait affirmé Jean-Christophe Cambadélis – qui ajoutait que c’était une mauvaise nouvelle pour la France -, mais pour "la démocratie".

Il assure :

Que la droite se réorganise, c’est une chance pour la démocratie.

En revanche, après ces critiques contre l'ancien chef de l'Etat sorti de sa retraite politique, Bruno Le Roux prévient son camp : ne surtout pas tomber dans la critique excessive et systématique de Nicolas Sarkozy. "Et attention à ne pas tomber dans l’antisarkozysme", lâche-t-il, y voyant comme un air de déjà-vu :

Nous l’avons connu, nous l’avons expérimenté. Et donc faisons avancer le projet pour le pays, le débat avec l’opposition. Et méfions-nous de l’antisarkozysme.

Du rab sur le Lab

PlusPlus