Juppé ne souhaite pas être membre "d'un comité naphtaline" proposé par Sarkozy

Publié à 10h01, le 02 décembre 2014 , Modifié à 10h23, le 02 décembre 2014

Juppé ne souhaite pas être membre "d'un comité naphtaline" proposé par Sarkozy
© montage via Reuters

Sa rencontre avec Nicolas Sarkozy doit avoir lieu le 3 décembre mais tout porte à croire qu'Alain Juppé n'est pas *vraiment* tenté par le comité des ex-Premiers ministres proposé par le nouveau président de l'UMP. Dans un billet de blog posté ce mardi, le maire de Bordeaux se dit prêt à jouer son rôle dans la reconstruction de l'UMP ... mais pas "dans un comité naphtaline" :

Pour ma part, je vais continuer mon chemin. Je suis prêt à participer au renouveau de l’UMP et au bon fonctionnement de ses instances, non pas dans je ne sais quel comité naphtaline qu’on sortirait de l’armoire de temps en temps, mais là où se prendront les décisions dans un esprit résolument constructif.

La veille, en marge d'un déplacement à Dakar, Alain Juppé prévenait déjà :

Je souhaite savoir ce que l'on me propose avant de dire oui ou non, on verra bien. Ce que je souhaite, c'est aider, mais de façon réelle. Pas dans un comité de chapeaux à plumes qui ne servirait à rien.

Cette première proposition de Nicolas Sarkozy est loin de faire l'unanimité. Chez les anciens Premiers ministres UMP concernés, seul Dominique de Villepin - pourtant ennemi juré - a accepté la sollicitation. François Fillon a fait savoir que cette instance serait inutile. Un de ses proches a même ajouté auprès de RTL : "il nous présente un comité des vieux sages pour en faire le comité des vieux cons". Jean-Pierre Raffarin s'est dit pour sa part favorable à une forme de consultation des anciens locataires de Matignon si et seulement si ce comité ne remplace pas les "instances délibératives" déjà existantes.

L'ancien ministre Gérard Longuet a quant à lui estimé qu'un tel comité donnerait "une image un peu jaunie de l'UMP, un peu sépia".



BONUS TRACK

Dans ce même billet de blog, Alain Juppé en appelle à un triple rassemblement : de "la famille UMP", de la droite avec le centre et de "tous les Français qui veulent rompre avec la politique actuelle". Il se fend également d'un conseil visiblement adressé à Nicolas Sarkozy :

Ne nous trompons pas d’élection. Il ne s’agira pas en 2017 de régler les comptes de 2012, mais de construire un nouveau pacte politique, suffisamment inclusif pour réussir de difficiles réformes.

Une façon de répondre au rejet de François Bayrou par l'ancien Président ? Ce dernier n'a pas cessé ces dernières semaines de distinguer l'UDI, formation politique avec laquelle il souhaite faire une alliance, du MoDem, qu'il accuse d'avoir fait élire François Hollande en 2012. Alain Juppé est pour sa part toujours proche du maire de Pau.



A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

>> Les multiples justifications de Juppé sur son âge

Du rab sur le Lab

PlusPlus