Goasguen demande à Dati de payer ses arriérés de cotisations UMP : "5.000 euros, ce n'est pas grand-chose pour elle"

Publié à 19h57, le 17 novembre 2014 , Modifié à 19h58, le 17 novembre 2014

Goasguen demande à Dati de payer ses arriérés de cotisations UMP : "5.000 euros, ce n'est pas grand-chose pour elle"
Claude Goasguen et Rachida Dati © Montage Vincent Isore/IP3/MAXPPP REUTERS/Vincent Kessler

Rachida Dati est menacée d'exclusion du groupe UMP au Conseil de Paris. Non pour une quelconque prise de position de la part de la maire du VIIème arrondissement de Paris mais pour ses cotisations impayées. L'ancienne ministre de la Justice ne paie plus ses cotisations depuis 2010, soit un arriéré d'environ 5.000 euros.

Ce lundi 17 novembre, un amendement modifiant les statuts du groupe UMP de Paris a été voté sur ce genre de situation, révèle Marianne. Selon cet amendement, évoqué dimanche 16 novembre par L'Opinion, "en cas de non-paiement de la cotisation et d'éventuels arriérés, le Président saisit le bureau du groupe afin de statuer sur les suites à donner", est-il stipulé. Et par suite, entendez exclusion.

Interrogé par Marianne, le député-maire du XVIème arrondissement de Paris Claude Goasguen demande donc à Rachida Dati de régler ses arriérés. Et il le fait en des termes pas vraiment sympathiques :

J’ose espérer que Rachida Dati aura l’intelligence de se soumettre. Cinq mille euros, ce n’est pas grand-chose pour elle. On a tous des problèmes financiers, et Rachida Dati probablement moins que nous.

À L'Opinion, le trésorier du groupe UMP à Paris Pierre Gaboriau assure que "les autres conseillers qui n'étaient pas à jour ont régularisé leur situation". Rachida Dati est donc la seule à être dans cette situation. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus