"Connard", "mépris"... l'explication musclée entre le député PS Olivier Dussopt et Emmanuel Macron

Publié à 19h15, le 23 septembre 2014 , Modifié à 09h41, le 24 septembre 2014

"Connard", "mépris"... l'explication musclée entre le député PS Olivier Dussopt et Emmanuel Macron
Olivier Dussopt et Emmanuel Macron © Francois Lafite/Wostok Press/Maxppp et REUTERS/Philippe Wojazer

La phrase d'Emmanuel Macron sur les ouvrières "illettrées" de Gad, mercredi 17 septembre sur Europe 1, a choqué, à droite comme à gauche. Elle a même été à l'origine d'un échange pour le moins musclé entre le député PS de l'Ardèche Olivier Dussopt et le ministre de l'Économie, dans les couloirs de l'Assemblée.

Selon Le Canard Enchaîné de ce mercredi 24 septembre, le député, proche de Martine Aubry, a interpellé Emmanuel Macron et lui a fait comprendre que sa sortie était, selon lui, inacceptable. Voici ce qu'il lui a dit :

Je me nomme Olivier Dussopt, je suis député de l'Ardèche. Ma mère est ouvrière, n'a pas de diplôme et a été licenciée à deux reprises. Vous l'avez insultée, ce matin sur Europe 1.

Une fois les présentations faites, le parlementaire a vivement attaqué le patron de Bercy. Il lui a notamment reproché d'avoir eu un comportement de "connard" et d'avoir fait preuve de "mépris", raconte Le Canard.

Contacté par Le Lab, Olivier Dussopt confirme la teneur des propos qui lui sont prêtés. Il précise néanmoins que cette *explication* est survenue juste avant qu'Emmanuel Macron ne s'excuse lors des questions au gouvernement. Le député de l'Ardèche ajoute :

Je n'imaginais qu'il présenterait ses excuses. Il a dit qu'il était désolé. Dont acte. Pour moi c'est un épisode passé même si ce qu'il a dit, ça ne disait pas comme ça.

Mercredi 17 septembre, quelques heures après son interview sur Europe 1, Emmanuel Macron a effectivement présenté ses excuses. "Mes excuses les plus plates vont à l'égard des salariées que j'ai pu blesser, que j'ai blessées, et je ne m'en excuserai jamais assez", a-t-il dit.

Cela n'a pas empêché Nicolas Sarkozy, dimanche 21 septembre sur France 2, d'attaquer le ministre de l'Économie sur ce terrain. "Il [François Hollande, ndlr] nomme ministre des Finances un banquier, qui traite des ouvrières d’analphabètes", a dénoncé l'ancien chef de l'État. Une inexactitude puisqu'Emmanuel Macron a parlé d'ouvrières "illettrées". 

Le 20 septembre, interrogé par Le Parisien, Emmanuel Macron a reconnu avoir commis une "erreur de débutant" lors de son interview sur Europe 1. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus