Daniel Fasquelle, trésorier de l'UMP à la chasse aux cotisations impayées

Publié à 18h54, le 23 janvier 2015 , Modifié à 19h28, le 23 janvier 2015

Daniel Fasquelle, trésorier de l'UMP à la chasse aux cotisations impayées
Daniel Fasquelle © JACQUES DEMARTHON / AFP

MONEY MONEY - Ce n'est un secret pour personne, l'UMP a quelques problèmes de trésorerie. Endetté à hauteur de près de 80 millions d'euros au mois de juin 2014, le parti d'opposition est donc dans l'obligation de la jouer modeste et de faire des économies - qui vont jusqu'aux dosettes de café. Mais pas seulement.

Autre source de déficit pour l'UMP : les cotisations d'élus impayées. À la colonne recettes du budget du parti, cette ligne affiche un manque à gagner de 958.000 euros au 31 décembre 2014, selon Le Parisien vendredi 23 janvier. Un chiffre qui correspond à l'ensemble des élus UMP : députés, sénateurs, conseillers généraux, conseillers régionaux, etc. Nommé trésorier du parti par Nicolas Sarkozy en fin d'année dernière, Daniel Fasquelle doit donc rappeler à tout un chacun de régulariser sa situation. 

"Une centaine de parlementaires ne serait pas à jour de cotisation", écrit de son côté L'Express. Un ordre de grandeur confirmé au Lab. C'est déjà moins qu'il y a un mois : Daniel Fasquelle a en effet envoyé un "courrier de relance" à tous ces mauvais payeurs au mois de décembre. Ce qui a "en partie porté ses fruits", explique-t-il au Lab. "Depuis la fin de l'année, pas mal de parlementaires se sont mis à jour", précise-t-il. Mais il reste des récalcitrants. Il poursuit :

J'enverrai la semaine prochaine une lettre personnalisée à chaque élu pour leur rappeler ce qu'ils doivent verser au parti.

Soit 5% de leurs indemnités, depuis juillet 2013 et le rejet des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy (contre 3% auparavant). Daniel Fasquelle détaille :

Chaque cas est particulier et il y a tout un tas de raisons différentes à ces retards de paiement. Certains n'ont pas fait passer leur prélèvement de 3 à 5%, certains n'ont pas installé de prélèvement du tout, certains donnent de bonne foi cet argent directement à leur fédération et non au parti... C'est pour cela que je vais prendre contact avec chacun individuellement pour régler la situation.

Daniel Fasquelle souhaite "faire du sur-mesure" pour récupérer ces précieux fonds. Il explique tout cela calmement, sans animosité. Enfin, jusqu'à un certain point. Si, après ses démarches, certains n'ont pas payé leur écot, il envisage de passer à la vitesse supérieure et de s'en remettre à Nicolas Sarkozy himself :

Je transmettrais les noms au président de l'UMP. Il serait inadmissible que des élus ne payent pas alors qu'on demande des efforts à tout le monde, militants et donateurs.

[Bonus Track]

Daniel Fasquelle indique que l'UMP a dégagé "un excédent de 4 millions d'euros en 2014", notamment grâce à un "effet Sarkozy" après la réélection de ce dernier à la tête du parti, selon ses mots : "En décembre 2014, nous avons enregistré 1 million d'euros en dons, soit 27% des dons de l'année". Ajoutez à cela une dotation de l'État qui devrait atteindre "1,5 millions d'euros" et doit être versée en février. Ce qui permettra à l'UMP de tenir son calendrier de remboursement, d'après Daniel Fasquelle :

On devrait pouvoir rembourser 5,5 millions d'euros en mars, ce qui portera l'endettement du parti à 66,5 millions d'euros. Nous tablons sur 5 millions d'euros de recettes supplémentaires en 2015 (notamment via une vague d'adhésions et de dons espérés après la création du nouveau parti, ndlr) car nous devons rembourser le double l'année prochaine, soit entre 10 et 11 millions d'euros.

Du rab sur le Lab

PlusPlus