Départementales: dans les Hauts-de-Seine, un tract du FN cible les "cours de danse africaine et orientale"

Publié à 07h15, le 12 mars 2015 , Modifié à 07h19, le 12 mars 2015

Départementales: dans les Hauts-de-Seine, un tract du FN cible les "cours de danse africaine et orientale"
© AFP

Voilà qui devrait apporter de l'eau au moulin de la secrétaire d'Etat Laurence Rossignol. Le 8 mars, cette dernière assurait que, localement, le FN refusait "toute manifestation culturelle où l'on trouve un tam-tam, un boubou ou une girafe" et n'acceptait que "l'esprit gaulois et le Moyen âge français". Le programme frontiste pour les départementales dans les Hauts-de-Seine lui donne raison.

Comme repéré par un journaliste de Rue89 et décortiqué par Francetvinfo, le FN du 92 a distribué un tract pour le moins explicite en vue des élections du 22 et 29 mars prochains. Sous le slogan "pour un département Bleu marine au service des Français d'abord", on peut trouve toute une série de subventions accordées par le Conseil général actuel et que le FN au pouvoir voudrait sucrer. Première d'entre elles, des subventions aux "cours de danse africaine ou orientale".

S'ensuivent, des aides aux "associations réservées aux seuls immigrés", des "aides aux pays étrangers" ou encore des subventions "aux associations de promotion de cultures extra-européennes". Dans la case des promesses, le FN promet de refuser "les subventions aux associations communautaristes, le financement de projets hors de France et le clientélisme". Voyez plutôt :

Pourquoi donc s'en prendre aux cours de danse africaine ou orientale ? Julien Dufour, candidat pour les départementales dans les Hauts-de-Seine et porte-parole FN, se justifie auprès de Francetvinfo :

Le département est très endetté et des dépenses fondamentales sont mises de côté. Il y a donc des coupes à faire. Les activités ludiques ne peuvent pas être la priorité lorsque les comptes sont mal gérés. Nous souhaitons défendre la culture française et ces danses ne s'inscrivent pas dans notre héritage culturel.



Nous n'avons rien contre ces danses, mais certaines associations touchent beaucoup d'argent. Et lorsqu'on observe les ramifications avec les dirigeants de ces associations, on trouve très vite le clientélisme et le communautarisme.

Dans la liste des précédents, on pourra citer le maire FN de Cogolin dans le Var, Marc-Etienne Lansade, qui a également refusé les danses orientales lors du gala des associations en septembre dernier.

A Hayange, un autre maire FN, Fabien Engelmann, a refusé l'organisation d'un atelier de danse orientale pour enfants et adultes, toujours en septembre.

Du rab sur le Lab

PlusPlus